Imprimer (nouvelle fenêtre)

Actus

Sécurisation des captages de Coulommiers contre les inondations

  • Retour
  • 06-09-2018
  • EAU POTABLE
  • Par Cécile GIGOU <cecile.gigou@cg77.fr>

Retour sur les travaux réalisés pour la sécurisation des captages de Coulommiers.

La commune de Coulommiers, afin de sécuriser son alimentation en eau potable, a réalisé des travaux de réhabilitation de plusieurs forages situés dans la plaine des Capucins à proximité de la rivière du Grand Morin ainsi que des nouveaux points de pompage. Des aménagements spécifiques ont été prévus pour éviter toute contamination de l’eau captée en période d’inondation. 

Les travaux réalisés

La commune de Coulommiers a été confrontée lors des inondations de mai 2016 à un arrêt de la production des captages d’alimentation en eau potable du fait de l’inondation du champ captant de la plaine des Capucins.

Suite à ces évènements, les installations de production d’eau potable ont été réaménagées : elles ont d’abord été rehaussées de plusieurs mètres afin de prévenir tout risque de submersion des ouvrages en période d’inondation. Le niveau d’élévation des trappes d’accès des captages a été défini en fonction du niveau des Plus hautes eaux connus (PHEC).

Par ailleurs, les trappes d’accès et dalles béton pour accéder aux captages sont désormais totalement étanches.

Ces travaux ont été financés par l’Agence de l’eau Seine-Normandie et le Département de Seine-et-Marne.

Aménagement des captages de Coulommiers pour la sécurisation inondation

Les repères de crues historiques ou Plus Hautes Eaux Connues sont importants dans le dispositif de prévention et d'information face au risque inondation, car ils permettent d'apporter concrètement un élément visuel et précis sur les menaces d’inondation. Suite aux inondations survenues en Seine-et-Marne en 2016 et 2018, les repères des PHEC permettent de déterminer le degré de vulnérabilité des captages AEP et de prévoir un aménagement spécifique si nécessaire.

En zone inondable la tête de forage est rendue étanche et située dans un local lui-même étanche et le capot de fermeture doit permettre un parfait isolement du forage.

L’équipement de la tête d’un forage

Dans le guide d’application de l’arrêté interministériel du 11 septembre 2003, qui fixe les prescriptions générales applicables aux captages, les dispositions techniques pour équiper les têtes de forages sont les suivantes :

  • Réalisation d’une margelle bétonnée conçue de manière à éloigner les eaux de la tête du forage, d’une surface minimale de 3 m2 et d’une hauteur de 0,30 m au-dessus du niveau du terrain naturel.
  • Réalisation éventuelle d’un local ou d’une chambre de comptage. La hauteur du plafond du local devra au moins être de 0,50 m au-dessus du niveau du terrain naturel.
  • La tête du forage située à l’extérieur ou dans une chambre de comptage s’élève au moins à 0,50 m au-dessus du terrain naturel ou du fond de la chambre de comptage dans lequel elle débouche. La tête du forage située dans un local s’élève au moins à 0,20 m au-dessus du fond du local. La tête est cimentée sur 1 m de profondeur à partir du sol (niveau du terrain naturel).
  • En zone inondable, la tête est rendue étanche et située dans un local lui-même étanche et le capot de fermeture doit permettre un parfait isolement du forage (inondations, pollutions superficielles) et être étanche.