Imprimer (nouvelle fenêtre)

Témoignages

Bouleurs : le choix des roseaux

Bouleurs, commune rurale du pays Crécois (1250 habitants), s'apprête à accueillir en 2009 sa nouvelle station d'épuration. Celle-ci utilisera la technique des "filtres plantés de roseaux", un traitement traditionnel, écologique et performant qui sera complété par la création d'une zone boisée. Il aura toutefois fallu huit années d'interminables procédures pour qu'aboutisse ce projet particulièrement novateur.

L'épuration des eaux usées par filières plantées de macrophytes

Entretien avec Monique Bourdier, maire de Bouleurs

undefined

Monique Bourdier, maire de Bouleurs

Quels sont les avantages, pour une petite commune, à choisir une station à lits filtrants plantés de roseaux ?
Les avantages sont à la fois écologiques et économiques. Ecologiques, parce qu’il est toujours intéressant d’essayer de ne pas endommager la nature. Or dans un paysage, des roseaux qui poussent, c’est quand même mieux qu’une pollution malodorante ! De plus, avec des roseaux, on produit 2 à 3 fois moins de boues. Or la question de l’épandage des boues des stations d’épuration constitue un vrai problème…

Ce type de station a aussi l’avantage de présenter un fonctionnement simple, ne nécessitant pas une grande qualification du personnel. Il faut juste veiller, au démarrage, à ce que les roseaux ne soient pas étouffés par les mauvaises herbes et, par ailleurs, alimenter les bassins alternativement tous les deux à trois jours ; c’est donc le démarrage qui est délicat mais ensuite, l’entretien est minime. On doit couper les roseaux chaque année et les replanter tous les dix ans. Enfin, autre avantage, nous devrions réaliser une économie de 15 % sur l’investissement, par rapport à une station classique.

Mais c’est surtout en termes de coûts de fonctionnement que nous allons faire une très grosse économie. Une personne sera affectée à l’entretien de la station pour seulement 3 demi-journées par semaine. Au final, ce choix va peut-être nous permettre de maintenir le prix de l’eau actuel.

Comment expliquez-vous les 8 années de procédure qui auront été nécessaires pour mettre en œuvre ce projet ?
Nous avons été confrontés à d’innombrables soucis administratifs. La nouvelle station étant implantée sur un champ qui accueillait un bois en friche, il a fallu déclasser le bois. En bref, il fallait que nous soyons en règle à la fois avec la Loi sur l’eau et avec le Code de l’urbanisme. Ce qui n’était pas facile simultanément. Cela explique que tant d’années aient été nécessaires...

Comment se répartit le financement du projet ?
Nous avons obtenu 80 % du montant des travaux : 273 000 euros par l’Agence de l’eau Seine-Normandie, 156 000 euros de prêt à taux zéro, ainsi que 242 000 de la Région et 220 000 du Conseil général. Si l'on fait l’inventaire de tous les coûts depuis le début, avec toutes les études préalables, notamment les études géotechniques, nous atteignons 1,100 million d’euros. Nous allons maintenant devoir amortir le coût de la station sur le budget, sachant que les dépenses seront forcément équilibrées par le prix au m3 d'eau.

Mise en ligne : juin 2009.

Retour au menu

La technique des "filtres plantés de roseaux"

Particulièrement adaptées aux besoins des communes n’excédant pas 2000 habitants, les stations d’épuration à lits filtrants plantés de roseaux (dites "rhizosphères") sont écologiques par excellence : elles produisent dix fois moins de boues que les stations à boues activées et exigent un entretien très proche de celui d'un espace vert. De plus, elles garantissent une très bonne qualité des rejets, tout en limitant les coûts et les contraintes d'exploitation.

Le procédé de ces stations utilise des phénomènes naturels : toute une chaîne d'organismes vivants intervient pour dégrader les effluents du réseau d’assainissement. Des bactéries, du zooplancton et des algues, en coopération avec des macrophytes (roseaux), oeuvrent pour restituer une eau épurée. En assurant une exploitation fidèle aux préconisations - alimentation alternée, suivi régulier du circuit hydraulique - le problème des odeurs ne se pose pas : l’aération-oxygénation est la clé de ce système.

Enfin, un intérêt majeur d’une telle station d’épuration concerne son intégration harmonieuse dans le paysage : ces stations sont en effet conçues à la manière de jardins d’eau, avec une grande diversité de plantes vivaces et des étagements en terrasses.

Retour au menu

La création d'une zone boisée

undefined

Le projet de végétalisation

Le site de l'ancienne station d'épuration de Bouleurs va accueillir une zone tampon boisée : sur 3000 m2, cet espace, qui jouxte la nouvelle station, sera couvert de 1000 plants de macrophytes (roseaux, bambous…) et de nombreuses autres espèces végétales, qui remplaceront les deux anciennes lagunes. D'un point de vue technique, cette zone boisée va compléter l'épuration des eaux.

Mais elle pourrait aussi constituer un lieu de promenade, agrémenté d'une petite mare pour favoriser la venue d'oiseaux migrateurs - un projet qui a retenu l'attention de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) -, et d'une table d'orientation proposant une explication du fonctionnement de la station et une présentation des plantes.

A Bouleurs, la création de la nouvelle station d'épuration s'accompagne en effet d'une démarche pédagogique, soutenue par une série d'activités développées dans le but de sensibiliser les écoliers de la commune au cycle de l'eau. Les élèves de CM2 participeront ainsi à la création de la zone tampon boisée, en y procédant eux-mêmes à quelques plantations. Une façon symbolique de sensibiliser les plus jeunes à la richesse de l'eau et au respect de l'environnement…

Retour au menu

TÉLÉCHARGER

Les fiches techniques sur les filières d'assainissement


Contacts +

Mairie de Bouleurs

  • Monique Bourdier
    Tél. : 01 64 63 84 14

SATESE

  • Le Service d'Animation Technique pour l'Epuration et le Suivi des Eaux (SATESE) de Seine-et-Marne a accompagné la commune de Bouleurs dans la mise en place de ce projet.
    Contact : Anne Bresciani
    Tél : 01 64 14 76 30

Cabinets d'études

  • Marc Merlin
    Le Cabinet Merlin est maître d'oeuvre pour la construction de la station de Bouleurs.
    Contact : Monsieur Goupil
    Tél. : 01 60 05 11 66
  • Atelier Reeb
    Ce bureau d'études strasbourgeois est spécialisé dans le traitement des eaux usées et des boues d'épuration par les végétaux
    http://www.atelier-reeb.fr