Imprimer (nouvelle fenêtre)

Nappes souterraines

Nappes souterraines de Seine-et-Marne

Les « nappes souterraines » sont essentielles pour l’alimentation en eau de la population. En Seine-et-Marne, elles représentent environ 77 % de l’eau potable distribuée. Qu’est-ce qu’une nappe souterraine ? Où se situent les nappes souterraines en Seine-et-Marne ?

L'origine


Les eaux souterraines, communément appelées « nappes souterraines » se trouvent dans les couches géologiques du sous-sol. Elles ne constituent que très rarement des rivières ou des lacs souterrains. Alimentées par les infiltrations d'une partie des précipitations , les nappes s’écoulent par les pores ou les fissures des roches et alimentent les rivières ou les sources . Dans certains cas, une rivière peut s’infiltrer dans une nappe.

Les principaux aquifères de Seine-et-Marne

  • 1. L’ aquifère des alluvions de la Seine, de la Marne et de leurs affluents ,
  • 2. L’aquifère multicouche du calcaire de Brie, des sables de Fontainebleau et du calcaire de Beauce (oligocène du schéma de la coupe hydrogéologique du bassin parisien),
  • 3. L’aquifère multicouche du calcaire de Champigny (éocène supérieur du schéma de la coupe hydrogéologique du bassin parisien),
  • 4. L’aquifère multicouche du Lutétien Yprésien (éocène moyen et inférieur du schéma de la coupe hydrogéologique du bassin parisien),
  • 5. L’aquifère de la craie du Sénonien (crétacé supérieur du schéma de la coupe hydrogéologique du bassin parisien),
  • 6. L’aquifère multicouche de l’Albien (crétacé inférieur du schéma de la coupe hydrogéologique du bassin parisien).

Les prélèvements pour l'eau potable sont réalisés dans les 5 premiers aquifères cités, le 6ème (l'Albien) n'étant utilisé que par un seul forage en Seine-et-Marne (à Bougligny).

geologie bassin paris

Coupe géologique du bassin de Paris ( Source : BRGM)

L'exploitation

Les eaux souterraines contribuent à l’alimentation des sources et de certains cours d’eau. Elles sont exploitées pour la consommation humaine (eau potable), l’agriculture ( irrigation ) et l’industrie ( eau industrielle ) et certaines activités sportives et de loisirs (golfs, centres d'équitation...).

L’exploitation des eaux souterraines se fait soit par un prélèvement direct au niveau des sources, qui sont les points d'émergence naturels des nappes, soit par puits et forages .

La surveillance des variations du niveau des nappes et la définition de règles de gestion des prélèvements sont essentielles.

La qualité des eaux souterraines dépend non seulement de la nature de la roche réservoir, mais surtout de l'impact des activités humaines. Quand elle est de bonne qualité et d'accès facile, l’eau souterraine peut être utilisée sans traitement préalable autre qu'une simple chloration , en particulier pour l’alimentation en eau potable. Malheureusement, cette situation devient de plus en plus rare.

Une ressource à partager et à protéger

Certaines nappes sont particulièrement sensibles à la pluviométrie ou à leur exploitation. Il est important de prévenir les risques de surexploitation des eaux souterraines pour ne pas compromettre la capacité de renouvellement des nappes et permettre ainsi la pérennité des prélèvements et ne pas assécher les cours d’eau qu'elles alimentent. Ainsi, dans les communes incluses dans la zone de répartition des eaux (ZRE) de la nappe du Champigny, tous les prélèvements d’eau superficielle ou souterraine, à l’exception des prélèvements en Seine et de ceux inférieurs à 1000 m3/an réputés domestiques sont soumis à autorisation ou déclaration.

Les risques de pollutions

La qualité d’une nappe peut être dégradée par des pollutions de diverses origines : urbaine, agricole ou industrielle, ainsi que par la réalisation de travaux dans le sous-sol.

Les eaux souterraines se renouvellent généralement lentement et la migration des polluants accumulés dans le sol vers la nappe est longue. Ainsi malgré des changements de pratique, un temps de réponse existe et le retour à la qualité peut nécessiter de nombreuses années.

La prévention des pollutions diffuses et des pollutions accidentelles est essentielle. Celle-ci nécessite la mise en œuvre de pratiques culturales et d'entretien des espaces publics plus respectueuses de l'environnement, pour éviter le rejet de substances polluantes en surface qui atteindront tôt ou tard les nappes.

Les objectifs de bon état chimique et quantitatif des eaux souterraines pour 2015 fixés par la Directive Cadre sur l’Eau conduisent à la mise en place de plans de gestion pour restaurer et protéger les nappes souterraines.

Retour au menu

Chiffres clés

- En France, le stockage des eaux souterraines représente 2000 milliards de mètres cube.

- Les eaux souterraines contribuent pour 76% à la ressource en eau utilisée en Seine -et-Marne (usages particuliers, industriels et agricoles confondus).

- 2 communes seine-et-marnaises sur 5 dépendent, au moins partiellement, de l'aquifère du Champigny pour leur alimentation en eau potable.

Télécharger

Carte

Les masses d'eau souterraines de Seine-et-Marne

vignette - nappes (411 Ko)