fermer
Imprimer

Actus

La réhabilitation des châteaux d’eau et réservoirs en Seine-et-Marne

Tour d'horizon de la réhabilitation des réservoirs d'eau potable, opération indispensable au bon fonctionnement du réseau d'eau.

Afin de distribuer de l’eau aux 510 communes du département, les services d’eau potable ont recours à plus de 260 captages et trois prises d’eau de surface. Cette eau est traitée en cas de non conformité aux normes de potabilité, puis dirigée vers les réservoirs où elle est stockée avant d'être distribuée.

En Seine-et-Marne, pratiquement toutes les communes sont équipées avec au moins un ouvrage de stockage. Ainsi le département compte plus de 500 réservoirs, un grand parc d’ouvrages qui demandent un entretien régulier afin d’assurer une bonne distribution aux usagers.

A quoi servent les réservoirs d'eau potable ?

Les réservoirs (réservoirs enterrés, semi-enterrés ou  réservoirs sur tour (châteaux d'eau)) permettent de stocker l’eau pour sa distribution après son traitement, mais également de conserver un volume d’eau pour la défense incendie. Le remplissage des réservoirs et châteaux d’eau se fait généralement par pompage jusqu’à l’atteinte d’un niveau maximum. Le marnage de ce niveau permet ainsi d’éliminer une utilisation en continue des pompes, réduisant les consommations en énergie.

Les réservoirs, grâce à leur placement aux points hauts du réseau, permettent à l’eau de s’écouler gravitairement tout en assurant une pression satisfaisante au robinet de l’usager et dans le reste du réseau (10 m de hauteur d'eau = 1 bar de pression). Ils assurent également la défense incendie, en stockant une réserve d'eau de 120 m3 habituellement.  Les châteaux d’eau sont particulièrement présents sur le département du fait des grandes étendues de plaines du territoire. Ainsi, même en cas de problème au niveau du captage ou de l'alimentation électrique, un volume qui correspond en général à une consommation de 24 h permet de maintenir une alimentation en eau, le temps de réparer ou de trouver une solution au problème.