Imprimer (nouvelle fenêtre)

L'Observatoire de l'eau

Le suivi de l’Observatoire de l’eau en Seine-et-Marne est une mission de la Sous-direction de l'eau du Département de Seine-et-Marne. Son objectif est de développer et compléter les connaissances dans le domaine de l'eau à l'échelle du département, de valoriser les données et de les diffuser aux acteurs de l'eau et au grand public


Créé dans le cadre du Plan Départementale de l’Eau 2007-2011, l’Observatoire de l'eau en Seine-et-Marne a pour missions principales de :

  • centraliser les informations sur la Seine-et-Marne disponibles et utiles aux différents partenaires de l’eau signataires du Plan (qualité, quantité, rivières, nappes phréatiques, réglementation, sécheresse, inondation…),
  • compléter les informations manquantes par la réalisation d’investigations sur notre territoire (prix de l’eau, inventaire et état des équipements en eau potable, bilan de l’assainissement, prévention des pollutions…),
  • développer le suivi du Plan Départemental de l’Eau (mise en place et suivi d’indicateurs pertinents),
  • inciter à un comportement éco-durable en synthétisant, vulgarisant et transmettant les connaissances sur l’eau au grand public.
Retour au menu

Les publications de l'Observatoire de l'eau en 2012

Analyse du prix de l’eau (données 2011)

Depuis 2005, le Service de l’Eau Potable et des Actions Préventives (SEPAP) de la Direction de l’Eau et de l’Environnement, collecte annuellement un spécimen de facture d’eau pour chacune des communes de Seine-et-Marne.

L’objectif de cette analyse est de calculer le prix moyen de l’eau en Seine-et-Marne, de permettre la comparaison des prix facturés aux abonnés, et de comprendre l’évolution des différentes composantes de la facture d'eau.

En plus de l'intérêt que représente une connaissance précise du prix de l'eau, compte tenu de l'importance de ce sujet dans l'opinion et des disparités constatées sur notre territoire, cet inventaire constitue un élément complémentaire au Plan Départemental de l'Eau.

Ce document présente les résultats de cette analyse sur la base des factures d’eau 2011 et de l’historique disponible.

Télécharger les études antérieures : 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011

Retour au menu

Analyse des performances des réseaux d'eau potable (données 2011)

Le département de Seine-et-Marne dispose de ressources en eau abondantes sur son territoire, principalement souterraines, considérées comme stratégiques pour l’alimentation en eau potable du département et de la région Ile-de-France. Néanmoins, les prélèvements croissants, les épisodes de sécheresse ainsi que la dégradation de la qualité des eaux souterraines compromettent la gestion équilibrée et partagée de cette ressource.

Dans ce contexte, le Département a souhaité encourager la mise en place d’une politique d’optimisation du fonctionnement du réseau d’alimentation en eau potable (AEP) des collectivités. En effet, les fuites sur les réseaux d’eau potable représentent pour certaines collectivités une perte importante et un alourdissement de la facture d’eau. L’objectif de reconquête de la ressource en eau, tant en qualité qu’en quantité, passe par l’identification et la réduction de ces gaspillages.

Pour suivre l’évolution de ces objectifs, la Direction de l’Eau et de l’Environnement s’est engagée dans la collecte annuelle des informations relatives aux réseaux d’eau potable pour l’ensemble des communes de Seine-et-Marne. Ce document présente les résultats de l’analyse de la performance des réseaux d’eau potable de toutes les communes de Seine-et-Marne pour l’année 2011. Il fait suite aux précédentes études annuelles réalisées depuis 2006, et continuera d’être complété et enrichi dans les années à venir.

Télécharger les études antérieures : 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011

Retour au menu

Qualité des cours d'eau (données 2011)

La Directive Cadre européenne sur l’Eau impose de mettre en place des programmes de surveillance pour connaître l’état des milieux aquatiques et identifier les causes de leur dégradation. Cela doit permettre d’orienter, puis d’évaluer, les actions à mettre en œuvre pour que ces milieux atteignent le « bon état ».

Avec un réseau hydrographique de 1850km, le département de Seine-et-Marne est le réservoir de l’Île-de-France. Soucieux de garantir pour aujourd’hui et demain la qualité des cours d’eau, le Conseil général a décidé en 2009 de mettre en place un réseau de mesure des rivières appelé réseau de surveillance d’intérêt départemental (RID), dans le même esprit que celui mis en place pour suivre plus spécifiquement la nappe des calcaires du Champigny.

Si les réseaux nationaux permettent de qualifier le bon état des cours d’eau principaux, le nouveau réseau d’intérêt départemental (RID) permet d’étendre la surveillance à d’autres cours d’eau seine-et-marnais en apportant une analyse sur la qualité physico-chimique et une approche « pesticides » qui représente la problématique la plus importante pour les cours d’eau du département.

Ce document a pour objet de présenter l’action menée sur les stations de mesure présentes sur les différents réseaux du territoire seine-et-marnais, le bilan départemental réalisé en 2011 sur la totalité des 85 stations de mesure tous réseaux confondus, et la valorisation des données par grand bassin versant.

Télécharger les études antérieures : 2009 - 2010 - 2011

Retour au menu

Engagement des communes dans la réduction des pesticides (données 2012)

Face au constat alarmant de la pollution généralisée des rivières et des eaux souterraines par les pesticides, un des objectifs fixés par le Plan Départemental de l’Eau pour reconquérir la qualité de la ressource est d’intensifier les actions de prévention.

Si les agriculteurs sont les premiers consommateurs de produits phytosanitaires pour assurer la protection de leurs cultures, il existe de nombreux autres utilisateurs. Les communes, les gestionnaires des infrastructures routières et ferroviaires, les sociétés privées spécialisées dans l’entretien des espaces verts mais aussi les particuliers utilisent les pesticides pour entretenir les espaces publics et privés (voirie, espaces verts, emprises ferroviaires, jardins, golfs…).

Dans les communes, l’utilisation parfois mal maîtrisée, et en quantité massive, de désherbants chimiques est à l’origine de pollutions importantes car les surfaces d’application sont souvent peu perméables, propices au ruissellement et proches d’un point d’eau (système d’évacuation des eaux pluviales connecté à un cours d’eau). Il est donc nécessaire, pour préserver la qualité de l’eau, d’inciter les communes à réduire l’usage des produits phytosanitaires et à adopter des pratiques de désherbage plus respectueuses de l’environnement.

Ce document a pour objectif de dresser le bilan de l’évolution de la réduction d’usage des produits utilisés par les collectivités du département, et de répertorier les solutions alternatives qu’elles ont adoptées afin de préserver la qualité de l’eau, la santé humaine et l’environnement en général.

Télécharger les études antérieures : 2009 - 2010 - 2011

Retour au menu

Suivi des systèmes d'assainissement collectifs (données 2011)

Les États-membres de l’union Européenne ont ratifié la directive-cadre sur l’eau en 2000. Cette directive vise l’efficacité des actions dans le domaine de l’eau en fixant un objectif de résultats. Ainsi, à l’horizon 2015, les eaux souterraines et superficielles en Europe devront atteindre un bon état écologique. Pour y parvenir, l’effort doit notamment porter sur les rejets d’assainissement des eaux usées et pluviales qui impactent fortement les milieux aquatiques.

En effet, le traitement des eaux usées d’un territoire doit permettre l’obtention d’une eau de qualité suffisante pour limiter l’impact sur les milieux récepteurs.

En 2011, le SATESE (Service d’Animation Technique pour l’Epuration et le Suivi des Eaux) de Seine-et-Marne a suivi le fonctionnement de 286 stations d’épuration communales des eaux usées.

Télécharger les études antérieures : 2006 - 2007 - 2008 - 2009 - 2010 - 2011

Retour au menu

État des lieux du patrimoine des réseaux d’eau potable (données 2011)

Cette étude ponctuelle réalisée par le Service de l’Eau Potable et des Actions Préventives (SEPAP) sur la base de données fournies par les maîtres d’ouvrage compétents et leurs délégataires a pour objectifs de dresser, d'une part, un état des lieux de ce patrimoine, afin de connaitre notamment l’âge moyen des réseaux seine-et-marnais, leur degré de vétusté, leur vulnérabilité et leur taux de renouvellement, et d'autre part, faire prendre conscience aux collectivités compétentes de la nécessité de s’engager dans une réelle démarche de gestion patrimoniale des réseaux d’eau par la mise en place de stratégies durables d’optimisation du renouvellement de ces canalisations.

État des lieux et réhabilitation de l'assainissement non collectif

Cette étude ponctuelle sur l’assainissement non collectif est un document d’appui administratif et technique pour les collectivités et les administrés, compte tenu des obligations règlementaires dans ce domaine. Elle s’inscrit dans la perspective des réglementations existantes, notamment la Directive Européenne du 21 mai 1991 traduite en droit français par la Loi sur l’Eau du 3 janvier 1992 qui impose aux habitations non raccordées à un réseau de collecte aboutissant à une station d’épuration, d’être équipées de dispositifs d’assainissement non collectif.

Ce document réalisé par le Service d’Animation Technique pour l’Epuration et le Suivi des Eaux (SATESE) a pour objectif de faire le point sur un état des lieux dans le contexte seine-et-marnais vis-à-vis de l’état d’avancement des zonages, des Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC) et des mises en conformité des installations.

Les études ponctuelles des années antérieures

Performance des filières de traitement adaptées aux petites collectivités (données 2010)

Cette étude sur les filières de traitement adaptées aux petites collectivités est un document d’appui technique pour les projets d’installations de petites et moyennes tailles, dont la capacité de traitement est comprise entre 100 et 2 000 Equivalents Habitants (EH).

Elle fait le point sur les différents procédés considérés comme rustiques, pour cette gamme de capacité, par rapport à la qualité de traitement attendu et obtenu, en tenant compte des coûts d’investissement et d’exploitation.

Ce document, qui complète l’étude de suivi des systèmes d'assainissement, s’inscrit dans la perspective des réglementations existantes, notamment la Directive Européenne du 21 mai 1991, qui impose aux Etats membres de s’assurer que les agglomérations soient équipées par un système de collecte des eaux usées urbaines résiduaires et d’un traitement approprié avant rejet au milieu naturel. Ce contexte est repris au niveau local, dans le cadre du Plan Départemental de l’Eau, qui fixe les objectifs à atteindre vis-à-vis du milieu naturel et des masses d’eau.

Gestion des sous-produits de l'assainissement (données 2010)

Le Département a souhaité réaliser un état des lieux de la situation actuelle en termes de traitement et d’élimination des déchets de l’assainissement collectif et non collectif. Les boues de stations d’épuration ne sont pas concernées par cette étude, dans la mesure où celles-ci font l’objet d’un suivi rigoureux depuis plus de 10 années, avec publication régulière de bilans.

Un précédent bilan avait été établi en 1992 et avait mis en évidence une situation peu satisfaisante pour le traitement et l’élimination de ces déchets : épandage sauvage en agriculture, dépotage dans les réseaux, exploitation d’aires de dépotage non conformes. Ces pratiques ne s’inscrivaient pas dans une démarche de préservation de l’environnement.

La finalité de ce rapport est donc d’évaluer l’évolution des filières en 20 ans et de proposer des orientations pour améliorer la situation existante.

Gestion agronomique des boues épandues (données 2009)

Cette étude est un complément au bilan 2010 de fonctionnement des stations d'épuration, et de l'analyse portant sur la situation 2008 des filières de traitement et d’élimination des boues du département de Seine-et-Marne. Elle a pour objectif de faire le point sur la gestion agronomique de l’ensemble des boues recyclées sur le territoire. Cette étude a pour objet de relever les atouts et les faiblesses des filières d’épandage d’un point de vue environnemental et technique.

Les produits épandus ont été classés en deux catégories : les boues urbaines issues des stations d’épuration qui traitent les eaux usées, ainsi que les terres de décantation des usines de traitement d’eau potable. Une distinction peut être faite entre celles qui sont produites sur le territoire et les autres qui sont importées des départements limitrophes. Les données proviennent des bilans agronomiques établis par les bureaux d'études spécialisés dans ce domaine (SEDE Environnement, Terralys et SAUR pour l’essentiel), celles-ci ayant fait l’objet d’une collecte exhaustive qui recouvre au moins 90 % des boues utilisées en Seine-et-Marne.

Retour au menu

Valorisation des boues des stations d'épuration (données 2008)

Cette étude dresse un bilan de la situation 2008 des filières de traitement et d’élimination des boues sur le département de Seine-et-Marne.

Elle traite des caractéristiques de la production des boues en Seine-et-Marne, de leur valorisation agricole sur le département (importations, exportations, qualité des filières de recyclage agronomique et niveau de régularisation des dossiers d’épandage) et du bilan qualitatif (teneurs en micropolluants, flux en éléments traces métalliques et micropolluants organiques apportés sur les parcelles, recensement des pollutions).

La principale source d’informations provient des données collectées par le Service d’Animation Technique pour l’Épuration et le Suivi des Eaux du Conseil général (SATESE) auprès des exploitants ou des maîtres d’ouvrage, celles-ci faisant l’objet d’une validation systématique. En complément, la Direction départementale de l'équipement et de l'agriculture 77 (devenue DDT) a apporté les éléments relatifs à sa mission de police de l’eau (état d’avancement des procédures de déclaration ou d’autorisation et résultats des contrôles analytiques réalisés sur 40 dispositifs).

Retour au menu

CONTACT +

Secrétariat du SEPAP

01 64 14 76 21

E-Mail

ABONNEZ-VOUS

Pour rester informé sur l'actualité de l'eau en Seine-et-Marne

Inscrivez-vous à la NEWSLETTER