Imprimer (nouvelle fenêtre)

Cours d'eau

Qualité des cours d'eau

La directive cadre sur l’eau fixe l'objectif d’atteindre le bon état des cours d’eau à l’horizon 2015. Quelle est la qualité actuelle des cours d’eau ?

Détermination de l'état d'une masse d'eau :

schema bon etat des eaux

QUALITÉ DES COURS D'EAU DE SEINE ET MARNE

RAPPORT 2017 - Données 2016


BON ÉTAT CHIMIQUE BON ÉTAT BIOLOGIQUE BON ÉTAT PHYSICO-CHIMIQUE
L’objectif de bon état chimique consiste à respecter des seuils de concentration
- les normes de qualités environnementales
- pour les 53 substances visées par la directive cadre sur l’eau (notamment certains métaux, pesticides, hydrocarbures, solvants etc.) - cf. arrêté "évaluation" du 27 juillet 2015 
Ces seuils sont les même pour tous les types de cours d’eau.
Le bon état écologique correspond au respect de valeurs de référence pour des paramètres biologiques, des paramètres physico-chimiques et des polluants dits spécifiques qui ont un impact sur la biologie.

Concernant la biologie, on s’intéresse aux organismes aquatiques présents dans le cours d’eau considéré : algues, invertébrés (insectes, mollusques, crustacés …) et poissons via la détermination de différents indices spécifiques.
Le bon état écologique correspond au respect de valeurs de référence pour des paramètres biologiques, des paramètres physico-chimiques et des polluants dits spécifiques qui ont un impact sur la biologie.

Pour la physico-chimie, les paramètres pris en compte sont notamment :
• l’acidité de l’eau,
• le bilan de l’oxygène,
• la concentration en nutriments (azote et phosphore),
• la température,
• la salinité.

Qualité physico-chimique

Evolution de la qualité physico-chimique des cours d'eau au cours des 5 dernières années (clic sur la carte pour la visualiser)

Les chiffres à retenir sur la qualité physico-chimique, sur la base des données 2016 (76 stations disposant de données) :

  • 33 % des stations qualité montrent encore une qualité physico-chimique médiocre ou mauvaise. La période 2012-2016 montre une tendance à une réduction du pourcentage de stations pour lesquelles la qualité est vraiment dégradée (classe médiocre ou mauvaise). Ce constat est néanmoins à nuancer du fait que l'échantillon sur lequel porte l'analyse n'est pas strictement identique sur cette période.                        
  • 24 % des stations sont en classe de qualité médiocre ou mauvaise pour le groupe de paramètres « matières azotées ».
  • 21 % des stations sont en classe de qualité médiocre ou mauvaise pour le groupe de paramètres « matières phosphorées ». 
  • Vis-à-vis des nitrates, 8% des stations dépassent le seuil maximal défini réglementairement (50 mg/l) comme pouvant avoir un impact sur la vie écologique dans les cours d’eau et 90 % ont une qualité médiocre à mauvaise sur la base des référentiels du SEQ-EAU, ce chiffre est relativement stable par rapport à celui de 2012 (88%).

La qualité physico-chimique des cours d’eau du département s’améliore lentement au fil des efforts d’investissements consentis par les acteurs publics dans le cadre de la mise aux normes de l’assainissement (collectif et non collectif). Les grands cours d’eau du département présentent une bonne qualité physico-chimique. Les matières azotées et phosphorées sont les deux groupes de paramètres déclassants.

ZOOM sur la problématique des pesticides au-delà du cadre de la DCE

Les pesticides, et plus particulièrement les herbicides, sont une des causes majeures de la dégradation de la qualité chimique des eaux du département qui va bien au-delà des substances visées dans l’évaluation de l’état chimique de la DCE.

L’AMPA (métabolite du glyphosate), le glyphosate, le métolachlore, la déséthylatrazine et le chlortoluron présentent dans cet ordre les niveaux de contamination les plus significatifs sur le département en 2016, parmi l’ensemble des pesticides étudiés (au minimum 20% du total de la cinquantaine de substances mesurées ("effet cocktail"), et jusqu’à plus de 95% pour certaines stations pour l’AMPA et le chlortoluron).

En termes de concentrations, le constat est relativement préoccupant sur la majorité des bassins versants de la Seine-et-Marne dans la mesure où, ponctuellement dans l’année, la teneur en pesticides de certaines ressources en eau superficielles dépasse les limites autorisant un traitement de potabilisation (5 μg/l). Le niveau de contamination est donc significatif et diffus.


QUALITÉ GLOBALE

L’atteinte du bon état global des masses d’eau ou du bon potentiel pour celles qui sont fortement modifiées est une notion complexe définie afin de permettre à chaque Etat membre de l’Union Européenne de rapporter ces résultats à la commission européenne et d’avoir des critères d’évaluation des milieux aquatiques homogènes. Peu d’outils informatiques permettent à ce jour de calculer un état global DCE pour une station qualité donnée. Le manque de données notamment biologiques rend délicat le calcul dans de nombreux cas.

Un outil national a été développé par un groupe de travail piloté par l'ONEMA. Il est en phase de production et permettra, entre autres, d’effectuer le rapportage à l'Europe sur l'état des stations des réseaux officiels.