Imprimer (nouvelle fenêtre)

Témoignages

Saints : la filière "biodisques + roseaux"


Inaugurée en septembre 2008, la station d’épuration du bourg de Saints (canton de Coulommiers) est une des rares installations de type "biodisques" du département. Parfaitement intégrée dans le paysage, cette station affiche une excellente qualité de traitement. Et la commune ne regrette pas son choix.

Entretien avec Bernard Jacotin, maire de Saints, et Joël Hubert, conseiller municipal notamment en charge de l’assainissement.

undefined

Bernard Jacotin et Joël Hubert

Quelles sont les caractéristiques de la station d’épuration de Saints ?
Bernard Jacotin : En 2007, nous avons opté pour une station assez novatrice, qui utilise le système des biodisques. Ce sont des disques rotatifs qui, en étant recouverts de bactéries, réalisent un "pré-traitement" poussé des eaux usées dans lesquelles ils tournent : les disques faisant passer régulièrement les bactéries de l’eau à l’air, celles-ci absorbent en effet la pollution. Ensuite, les eaux sont envoyées dans des lits de sable plantés de roseaux pour affiner le traitement, avant d’être évacuées dans le milieu naturel.
Nous avons été conseillés sur ce choix par les services départementaux de l’eau : le Service d'animation technique pour l'épuration et le suivi des eaux (SATESE) et la Direction départementale de l’équipement et de l’agriculture (DDEA). Ils nous ont bien conseillés puisque les résultats de sortie sont extraordinaires.
Joël Hubert : Le système des biodisques est très simple, naturel et très efficace, nous pouvons aujourd’hui l’affirmer. Il existe depuis très longtemps puisqu’il avait été remarqué sur les roues à aubes des moulins. Il a ensuite été industrialisé.

Le principe

A la sortie du réseau d’assainissement du bourg de Saints, les effluents sont dirigés vers une unité de prétraitement. La majeure partie des déchets y sont triés et éliminés (tamis), avant que les eaux usées ne partent vers les biodisques, qui traitent la pollution via un bio-film formé directement par les bactéries présentes dans l’eau.
En bout de course, l’eau traitée rejoint la rivière, l’Aubetin, tandis que les boues récupérées après traitement se déversent dans les lits de roseaux.
Idéal pour l’assainissement des petites communes, les installations à biodisques ou disques biologiques ont l’avantage d’être moins coûteuses que les stations dites "à boues activées".

Quels sont les atouts de ce type de station ?
B.J. : C’est indéniablement la qualité du traitement. Les rejets sont extrêmement bien traités. De plus, l’intégration dans l’environnement est parfaite. Nous sommes en terrain nu, donc il était important que la station s’intègre vraiment dans le paysage.
J.H. : Outre ses performances techniques, son intégration réussie et l’absence de nuisances olfactives ou sonores, l’autre innovation de la station est qu’elle est équipée en entrée d’un tamis filtrant rotatif, qui filtre à 750 microns et arrête donc presque tous les déchets. Cela assure une bien meilleure efficacité que les dégrilleurs habituels.

Quelle est la différence par rapport aux stations fonctionnant uniquement avec des lits plantés de roseaux ?
J.H. : Le curage des bassins est plus fréquent dans ces stations et surtout, la qualité de traitement n’est pas exactement la même selon l’époque de l’année. Les roseaux sont actifs d’avril à octobre, ensuite leur rôle est moindre : les lits ne sont alors plus que des filtres inertes. C’est pourquoi la filière "biodisques/lits de roseaux" représente un système vraiment plus performant, car non tributaire des saisons et ne reposant pas uniquement sur les filtres.

undefined

La station d'épuration du bourg de Saints

Avez-vous connu des problèmes particuliers liés à l'installation de cette station ?
B.J. : Un seul : nous avons dû interrompre les travaux à cause d’intempéries et ce retard a entraîné des difficultés de démarrage des lits de roseaux, qui ont été plantés en juillet. Depuis, les choses ont été rectifiées et tout fonctionne bien maintenant.

Comment est assuré l’entretien de la station ? Et celui des roseaux ?

B.J. : Les programmes informatiques de suivi de la station ont été développés par la société MSE et le contrôle de bon fonctionnement est assuré par le Syndicat intercommunal d'assainissement du nord est Seine-et-Marne (Siane). Nous avons une ligne téléphonique avec un contrôle permanent. Quant au constructeur, la société MSE, il a la main pour dépanner depuis ses locaux basés dans les Hauts-de-Seine. En revanche, nous serons bien sûr amenés à nous occuper nous-mêmes des roseaux. Mais normalement, nous n’aurons pas d’entretien des bassins avant six à sept ans.

Quelle est la conséquence de ces investissements sur la facture d’eau des habitants ?
B.J. : Au total, pour l’ensemble de la mise aux normes de l’assainissement collectif, nous avons tout de même réalisé 7 tranches de travaux, pour un total de 2,7 millions d’euros. Il reste à la charge de la commune 538 500 euros, ce qui se répercute naturellement sur la facture des administrés. La hausse a été de 20 % l’an dernier, et sur les factures qui tomberont fin 2009, elle sera de 9%. Mais les investissements ayant commencé il y a 13 ans, les remboursements des premiers prêts vont s’arrêter en 2011, ce qui nous permettra alors de ne plus augmenter la redevance d’assainissement.
J.H. : Entre la mise aux normes des canalisations, les branchements faits en plusieurs tranches - et la dernière concernant le bourg était la réalisation de la station - cela coûte, et prend du temps. Une mise en conformité ne se fait pas sur un exercice de trois ans.

Cette station de 900 Equivalent Habitant ne concerne que le bourg. Qu'en est-il des hameaux ?
B.J. :
Le hameau de Maison-Meunier a été entièrement équipé avec une station 180 Equivalent Habitant qui utilise un autre procédé car celui-là est trop coûteux en investissement par rapport au nombre d’habitants. Fin 2009, nous aurons terminé l’équipement d’un deuxième hameau, celui de Limosin. Ensuite il restera un troisième hameau à équiper. Après cela, l’ensemble de la commune sera enfin aux normes sur le collectif.
J.H. : Au total, quand tout sera terminé, cela représentera environ 17 ans de travaux.

Mise en ligne : septembre 2009.


Contacts +

Mairie de Saints

24, rue Grande
77120 Saints
Tél. : 01 64 03 17 14
Fax : 01 64 75 01 72

MSE Vallée de la Seine

MSE (groupe OTV, filiale de Veolia Eau) est le constructeur de la station de Saints.
Le Charlebourg
14-30, rue de Mantes
92711 Colombes cedex
Tél. : 01 46 49 61 92
Fax : 01 47 80 36 11
Site Internet : www.otv.fr


SATESE

Le Service d'animation technique pour l'épuration et le suivi des eaux (SATESE) de Seine-et-Marne a accompagné la commune de Saints dans la mise en place de ce projet.
Contact : Monsieur Huraux
Tél. : 01 64 14 76 30


Syndicat intercommunal d'assainissement du nord est Seine-et-Marne

Le Siane est chargé du suivi de l’exploitation de la station.
23, rue Pasteur
77510 Rebais
Tél. : 01 64 04 52 45
Fax : 01 64 04 51 23
E-mail : siane@fr.oleane.com

TELECHARGER

En chiffres

Les fiches techniques sur les filières d'assainissement