Origine de l'eau potable

La principale ressource en eau destinée à la consommation humaine en Seine-et-Marne provient de captages d’eau souterraine.

Origine de l'eau en Seine-et-Marne

D'où vient l'eau que nous consommons ?

Crédit photo : Imports et exports d’eau pour l’alimentation en eau potable entre la Seine-et-Marne et la Région IDF en 2017 (en millions de m³) Source : CD77

La première ressource utilisée en Seine-et-Marne pour l’alimentation en eau potable provient des eaux souterraines. Elles représentent 79 % des prélèvements totaux pour cet usage complétés par 21 % provenant d’eau de surface.

En 2017, le volume total d’eau prélevé (nappes et rivières confondues) avoisine les 140 millions de m3. Sur ce volume prélevé 56,7 millions de m3 sont destinés à une consommation hors département (département limitrophes en Ile-de-France, Paris, …)

Parallèlement, environ 15 millions de m3 ont été importés de départements voisins, principalement pour l’alimentation de communes situées en bordure nord-ouest du département (eau de surface essentiellement).

Les nappes souterraines

Crédit photo : Laurence VIÉ. Captage d'alimentation en eau potable de Beaumont-du-Gatinais

Les eaux souterraines, se trouvent dans les couches géologiques du sous-sol, alimentées par les infiltrations d'une partie des précipitations, ou directement par les pertes en rivières ou les gouffres. Elles s’écoulent par les interstices ou les fissures des roches et peuvent donc être exploitées par extraction via les captages (puits, forage).

La Seine-et-Marne se situe dans le bassin sédimentaire parisien qui présente une succession de couches sédimentaires emboitées les unes aux autres formant une cuvette. Cette structure particulière permet l’existence de grands aquifères.

Un aquifère est constitué d’une ou plusieurs couches géologiques souterraines d’une porosité et perméabilité suffisantes pour permettre un courant significatif d’eau souterraine et le captage de quantités importantes d’eau. L’ensemble de l’eau présente dans la zone saturée d’un aquifère, dont toutes les parties sont en liaison hydraulique est appelé nappe d’eau souterraine.

Les principaux aquifères de Seine-et-Marne sont les suivants :

  • L’aquifère des alluvions de la Seine, de la Marne et de leurs affluents
  • L’aquifère multicouche du calcaire de Brie, des sables de Fontainebleau et du calcaire de Beauce
  • L’aquifère multicouche du calcaire de Champigny
  • L’aquifère multicouche du Lutétien Yprésien
  • L’aquifère de la craie du Sénonien
  • L’aquifère multicouche de l’Albien

En 2017, 245 captages publics alimentaient les Seine-et-Marnais. Ces prélèvements sont réalisés dans les 5 premiers aquifères cités, le 6ème (l'Albien) n'étant utilisé que par un seul forage situé à Bougligny. Il faut noter que ce dernier, compte tenu de sa profondeur et de sa recharge très lente, est considéré comme stratégique et que les prélèvements y sont très réglementés.

Les eaux de surface

Crédit photo : Jacques PLACE. Usine de potabilisation de Morsang-sur-Seine (91) Eau du sud parisien

Seulement deux cours d’eau sont sollicités pour la production d'eau potable en Seine-et-Marne : La Marne et la Seine. Le département compte trois usines de potabilisation d’eau de surface :

  • Nanteuil-les-Meaux (eau de la Marne),
  • Annet-sur-Marne (eau de la Marne),
  • Champagne-sur-Seine (eau de la Seine)
  • Une quatrième usine de potabilisation de la Seine est en construction à Boissise-la-Bertrand