Principaux cours d’eau de Seine-et-Marne et écosystèmes associés

Le département de Seine-et-Marne compte près de 4 400 kilomètres de cours d’eau. Au nord, la Marne, sur la partie médiane l’Yerres et au sud la Seine irriguent abondamment notre département. Quels sont les principales masses d’eau de Seine-et-Marne ? Quelles sont les richesses écologiques de ce type de milieu ?

Principaux cours d'eau en Seine-et-Marne

Principaux cours d’eau en Seine-et-Marne

Ci-après un classement par bassin versant du nord au sud des cours d'eau majeurs en Seine-et-Marne.

Bassin versant de la Marne

Crédit photo : Rivière Beuvronne. Photo par Ivan Lisiecki

La Beuvronne

Cette rivière prend sa source sur le territoire de la commune de Vinantes et reçoit les eaux de nombreux affluents comme le ru de la Fourcière, le ru Huguelin et le ru de l’Abîme). Avec son principal affluent, la Biberonne, ces deux rivières forment un V à l’intérieur duquel s’écoule la majorité des rus prenant naissance au pied de la butte de Goële. Elle reçoit ensuite deux rus issus de zones urbanisées (Cerceaux et Reneuse) avant de se jeter en Marne à Fresnes.

Crédit photo : Rivière Marne - Damien FEVRIER

La Marne

 

Elle prend sa source sur le plateau de Langres en Haute Marne et se jette dans la Seine à Charenton-le-Pont dans le Val de Marne en amont de Paris. Son linéaire total est de 525 km dont 110 km environ en Seine-et-Marne parmi lesquels 35 km non navigables en aval de Meaux.

L’Ourcq

La rivière Ourcq, orientée Nord Sud, oblique vers l’est sur la Fère-en-Tardenois (Marne) au niveau des communes de Silly-la-Poterie et Troènes. Elle prend sa source sur les territoires des communes de Courmont, Ronachères et Cierges (Aisne). Après un parcours d’une quarantaine de kilomètres, elle devient canalisée à partir de la Ferté Milon, Port-aux-Perches, jusqu’à Mareuil-sur-Ourcq, où prend naissance le canal de l'Ourcq, qui s’écoule parallèlement à la rivière, puis dans la vallée de la Marne jusqu’à Paris.

La Thérouanne

La Thérouanne présente un linéaire d’environ 23 km. Ses dimensions sont modestes : la largeur moyenne est de 3 à 4 m pour une profondeur de 0,50 m, mais à proximité de la confluence, la largeur moyenne n’excède guère 1,5 m et la profondeur 0,3 m (la prise d’eau au Gué à Tresmes, pour l’alimentation du canal de l’Ourcq, la prive en effet d'une bonne partie de son débit).

La Thérouanne a la particularité d’avoir un cours exclusivement seine-et-marnais. Elle prend sa source à Saint Pathus et conflue avec la Marne à Congis-sur-Thérouanne, au niveau du bras de l’île d’Ancre. Le bassin versant de la Thérouanne possède une surface de 178 km² et une altitude moyenne de 110m.

Bassin versant des deux Morins

L'Aubetin

L'Aubetin naît sur le territoire de la commune de Saint-Genest dans le Département de la Marne. Après un parcours de quelques kilomètres l'Aubetin entre en Seine-et-Marne et coule sur une longueur d’environ 50 km avant de confluer avec le Grand Morin (rive gauche) sur la commune de Pommeuse.

L’Aubetin possède en Seine-et-Marne de nombreux rus affluents dont les principaux sont, de l’amont vers l’aval : Turenne, Nouvelles, Puisé, Volmerot, Etang, Saint-Géroche, Chevru, Fontenelle ou Baguette, Maclin, Loef, Oursine.

Le Grand Morin

Le Grand Morin, principal affluent rive gauche de la Marne en Seine-et-Marne, prend sa source sur le territoire de la commune de Lachy dans le Département de la Marne. Son linéaire total est de 120 km dont 76 km en Seine-et-Marne. La superficie totale du bassin versant est de 1 200 km² dont plus des 2/3 en Seine-et-Marne.

Le Petit Morin

Le Petit Morin, affluent important rive gauche de la Marne, prend sa source dans les Marais de Saint-Gond, dans le département de la Marne. Il se jette dans la Marne après avoir parcouru 91 km sur 3 départements (Marne, Aube et Seine-et-Marne). L'ensemble du chevelu du bassin versant du Petit Morin représente 106 km de cours d'eau.

Son linéaire totale est de 84 km dont 46 km en Seine-et-Marne. La superficie totale du bassin versant est de 250 km².

Bassin versant de l’Yerres

Le ru d’Avon

Le ru d'Avon prend sa source dans la commune de Quiers. Il coule essentiellement à travers des zones de cultures intensives et ses berges sont le plus souvent dénudées.

A l'amont de Guignes le ru se divise en deux bras, ru d'Avon et ru de Préfolle, qui se rejoignent à l'amont de la RN 36.

A l'amont de la ligne SNCF, en aval de Guignes, le ru se sépare de nouveau : ru d'Avon et ru des Meuniers ; ceux-ci se rejoignent au lieu-dit « La Pierre Blanche » (commune de Yèbles). Il conflue avec l’Yerres sur la commune d’Ozouer-le-Voulgis après un parcours d'environ 20 km. Dans sa partie aval le ru d'Avon traverse ou longe des parcelles boisées.

La Barbançonne

La Barbançonne, affluent rive droite de l’Yerres, conflue avec celle-ci à Suisnes après un parcours voisin de 9,5 km. Elle prend sa source à Gretz-Armainvilliers (Bois Vignolles) en amont de la nationale 4. Cette source non naturelle est alimentée par les réseaux pluviaux de Gretz-Armainvilliers. Elle draine ensuite le Bois de Maison Rouge et la forêt domaniale de la Léchelle suivant une faible pente de 1 ‰, avant d’effleurer le hameau de Cossigny puis la commune de Grisy-Suisnes.

Le ru de Beuvron

Le ru de Beuvron prend naissance par drainage de la plaine du Bois Eluis (commune de Dagny), il grossit grâce aux fossés du Bois des Trois Maisons (commune d’Amillis) puis traverse un secteur essentiellement agricole où ses berges sont le plus souvent dénudées. Dans sa partie aval, il s'écoule, avec une forte pente, entre des berges boisées. Après un parcours d’environ 10,5 km il conflue avec l’Yerres à Courmereau sur la commune de Touquin. Il ne reçoit qu’un affluent en rive droite, près de la ferme de la Couture : le ru Français, d’un linéaire d’environ 4km.

Crédit photo : Rivière Bréon - Floriane SOMMIER

Le Bréon

Le Bréon prend sa source en forêt de Crécy sur la commune de Crèvecœur-en-Brie. Après un parcours très rural, il effleure la commune de Fontenay-Trésigny avant de pénétrer dans une zone plus boisée. Il traverse alors, ou alimente en dérivation, de nombreux étangs. Son cours se divise fréquemment en deux bras dans sa partie aval. Il conflue avec l'Yerres sur la commune de Chaumes-en-Brie après un parcours d'environ 20 km.

Le Réveillon

Le Réveillon prend naissance au Parc Péreire sur la commune de Gretz-Armainvilliers. Il s’écoule d’est en ouest et reçoit 2 affluents principaux, le ru de Bervilliers à Chevry-Cossigny puis le ru de la Ménagerie à Lésigny. Il conflue avec l’Yerres à Yerres (Essonne) après un parcours d’environ 24 km.

L'Yerres

La Yerres prend naissance à la sortie de l’étang de Guerlande, lui-même alimenté par le ru des Tournelles, sur la commune de Hautefeuille. Elle se jette dans la Seine à Villeneuve-Saint-Georges, après un parcours d'environ 96 km.

Le ru d'Yvron

Le ru d’Yvron prend naissance sur la commune de Chenoise au hameau des Combles. Busé sur plus de 2 km, il réapparaît au niveau de la station d’épuration de Chenoise. Après un parcours très rural, il conflue avec l’Yerres à Bernay-Vilbert.

Bassin versant de la Seine

L'Ancoeur

Le  ru d’Ancœur prend sa source sur le territoire de la commune de Bailly-Carrois. Busé dans sa partie amont, il s’écoule sur une trentaine de kilomètres et prend aussi le nom d’Ancoeuil à partir de la commune de Saint-Méry avant de se jeter dans le bassin de la Poêle du château de Vaux-le-Vicomte. A la sortie de ce bassin, le ru d’Ancoeuil devient « l’Almont » et se jette 5 km en aval dans la Seine à Melun.

Crédit photo : Rivière L’Auxence – Damien FEVRIER

L'Auxence

L'Auxence prend sa source à l'ouest de Sognolles-en-Montois, au lieu-dit "la Mare Gigot". Après un parcours d'environ 30 km, elle se jette dans la Seine au niveau de la commune de Marolles-sur-Seine. Elle prend le nom de Vieille Seine en aval de Vimpelles.

Le ru du Châtelet

Le ru du Châtelet coule d’est en ouest et se nomme ru des Gouffres dans sa partie amont jusqu’à la commune du Châtelet-en-Brie. Il prend naissance en forêt de Villefermoy puis traverse la commune des Ecrennes et celle du Châtelet-en-Brie dans un environnement plutôt agricole. Après environ 10 km, il conflue avec la Seine à Fontaine-le-Port dans une vallée encaissée et boisée.

Le ru des Hauldres

Le ru des Hauldres est un affluent rive droite de la Seine qui prend sa source à Lissy, commune du département de Seine-et-Marne, qu’il parcourt sur 9 km environ avant de transiter dans le département de l’Essonne. Il traverse ensuite l'étang de Tigery avant de rejoindre la Seine à Soisy-sur-Seine.

Le ru du Jard

Le ru prend sa source au Petit Jard ; sa pente relativement faible jusqu’au moulin de Voisenon, s’accentue par paliers jusqu’à sa confluence avec l’Almont. Il traverse plusieurs plans d’eau sur le territoire de la commune de Voisenon où il reçoit, en rive gauche, le ru de Montereau-sur-le-Jard, busé dans la traversée de Voisenon.

Le ru de la Mare aux Evées

Le bassin versant du ru de la Mare aux Evées se situe au sud-ouest de Melun. Il s’étend sur le secteur nord-ouest de la forêt de Fontainebleau et sur le plateau de Bière. Il est limité au nord par la Seine, à l’est par la forêt de Fontainebleau, au sud par le massif des Trois Pignons et à l’ouest par la rivière Ecole. Le ru de la Mare aux Evées se jette en Seine, à Boissise-le-Roi, après avoir parcouru 13 km, dont 3,5 km en forêt de Fontainebleau. Les terrains traversés sont essentiellement forestiers et agricoles (cultures maraîchères).

La Marsange

La Marsange prend sa source en forêt de Crécy sur la commune de Bailly-Romainvilliers. Elle s'appelle alors ru de la Bonde jusqu'à l’aval de Villeneuve-le-Comte, puis ru Noir ou de Neufmoutiers jusqu'à la ferme des Masselins. Elle conflue avec l'Yerres à Ozouer-le-Voulgis après un parcours d'environ 30 km.

Le ru de la Noue

Nommé ru de Chaumont dans sa partie amont jusqu’à Vaux-le-Pénil, le ru de la Noue naît dans le bois des Marnières au hameau de Saveteux. Son parcours très boisé est busé, sur Sivry-Courtry, lors de la traversée de parcelles agricoles. Son cours transite sur la commune de Vaux-le-Pénil, par un bassin écrêteur possédant deux exutoires :

  1. une surverse aérienne jusqu'à la rue de la Noue, puis busée dans l'agglomération pour confluer en aérien avec la Seine en aval du pont SNCF.
  2. un busage direct dans toute la traversée de Vaux-le-Pénil puis une confluence aérienne avec la Seine à quelques dizaines de mètres en amont de la précédente

La longueur totale du ru est d’environ 10 km. Il reçoit deux affluents en rive droite, sur la commune de Vaux-le-Pénil :

  • Le vidange des Preneux qui s'écoule sur 2km dans un milieu très rural
  • la vidange de la Mardelle qui prend naissance sur la commune de Sivry-Courtry, s'écoule sur 3 km et termine son cours à Vaux-le-Pénil, busé depuis la ferme Mimouche.

Crédit photo : Rivière Voulzie- Ivan LISIECKI

La Voulzie

Sur le territoire de la commune de Louan-Villegruis-Fontaine, un chevelu de petits fossés, aux cours temporaires, donne naissance à la Traconne. Celle-ci s'écoule durant près de 10 km avant de prendre le nom de Voulzie au hameau de Richebourg (commune de Léchelle). Puis elle conflue avec la Seine à Saint-Sauveur-lès-Bray.

La Voulzie parcourt environ 25 km suivant une direction nord-sud, avec une pente moyenne de l'ordre de 2 ‰. Le bassin versant est occupé par des bois, des zones de cultures et de prairies ; seule la partie centrale est urbanisée. La bande rivulaire est très boisée sur tout le cours. Vingt-six communes occupent le bassin versant de la Voulzie, dont dix-neuf sont riveraines et abritent 90% de la population (soit environ 23.000 habitants).

Une partie significative du débit des sources qui alimentent la Voulzie est prélevée pour alimenter Paris en eau potable. Aussi, pour maintenir un débit suffisant, de l'eau de Seine, prélevée en aval de Bray-sur-Seine est refoulée dans la Voulzie au niveau de Provins (eau de restitution).

Bassin versant de l’Ecole

Crédit photo : Rivière Ecole - Floriane Sommier

L'Ecole

La rivière Ecole prend sa source en Seine-et-Marne sur la commune du Vaudoué puis traverse la commune de Noisy-sur-Ecole avant de passer en Essonne. Elle repasse en Seine-et-Marne et  se jette dans la Seine à Saint-Fargeau-Ponthierry après un parcours de 26 kilomètres environ (15 km en Seine-et-Marne et 11 km en Essonne). Son principal affluent est le ru de Rebais qui draine la plaine de Bière, en traversant St Martin, Fleurie et Cély-en-Bière.

Bassin versant de l’Essonne

L'Essonne

La rivière Essonne, affluent rive gauche de la Seine, prend naissance en forêt d’Orléans, à Chilleurs-aux-Bois, commune du Loiret qu’elle traverse sur 23 km environ avant de séparer, sur une douzaine de kilomètres, le département de Seine et Marne du département du Loiret. Ensuite, elle transite dans le département de l’Essonne où elle se jette en Seine (à Corbeil-Essonnes) après avoir parcouru au total 98 km et drainé un bassin versant de 1 926 km.

Bassin versant du Loing

Crédit photo : Rivière Le Betz - Damien FEVRIER

Le Betz

Le Betz affluent rive droite du Loing, prend sa source à Domats, commune située dans le département de l'Yonne qu'il franchit sur 5 km environ. Ensuite, il traverse le département du Loiret sur 16 km avant d’arriver en Seine-et-Marne où il s’écoule sur 5 km. Il repasse à nouveau dans le Loiret, où il se jette dans le Loing, après avoir parcouru 4 km environ. Sa longueur totale est de 30 km avec un bassin versant de 192 km².

Crédit photo : Rivière Le Loing - Damien FEVRIER

Le Loing

Le Loing prend sa source à Sainte-Colombe, petit village de Puisaye situé au sud du département de l'Yonne qu'il traverse sur 50 km environ avant de pénétrer dans le Loiret. Dans ce département, il arrose des villes importantes comme Chatillon-Coligny, Montargis ou encore Dordives. De là, il entre en Seine-et-Marne et se jette dans la Seine -en rive gauche- à Saint-Mammes après un parcours seine-et-marnais de 40 km environ. Sa longueur totale de 136 km lui permet de drainer un bassin versant de 4 160 km².

L'Orvanne

L'Orvanne, affluent rive droite du Loing, se jette dans ce dernier à Moret-sur-Loing. Sa longueur totale est de 40 km environ (30 km en Seine-et-Marne + 10 km dans l’Yonne). Elle prend sa source dans la région de Saint-Valérien, dans le département de l’Yonne.

Les écosystèmes associés

De nombreuses espèces animales et végétales peuvent se retrouver à proximité du cours d’eau. La faune et la flore présentent dans et au bord de ces milieux sont très riches et diversifiées selon des conditions différentes; ainsi, on retrouvera certaines espèces animales et/ou végétales selon la vitesse du courant, de la température, de la profondeur, de la qualité des eaux, de la luminosité, du substrat, de la qualité des berges, des saisons, etc.

 

Espèces faunistiques

Les invertébrés aquatiques

  • Macro-invertébrés benthiques
  • gammares
  • sangsues
  • larves, etc...

Crédit photo : Ephémère - Damien FEVRIER

Les invertébrés aériens

  • demoiselle
  • libellules
  • éphémères, etc...

Les oiseaux

  • Martin pécheur
  • aigrette garzette
  • héron cendré, etc...

Les mammifères 

  • rat musqué
  • castor, loutre
  • vison
  • campagnole amphibie, etc...

Crédit photo : Crapaud commun - Damien FEVRIER

Les batraciens

  • grenouille verte
  • grenouille rousse
  • crapaud commun
  • tritons
  • salamandres, etc...

Les reptiles 

  • couleuvre à collier
  • couleuvre vipérine
  • vipère, etc...

Espèces floristiques

Arbres et arbustes 

  • frêne
  • saule
  • aulne
  • tremble
  • noisetier
  • cornouiller
  • troène, etc... 

Hélophytes

  • joncs
  • roseaux
  • iris
  • carex
  • phragmite
  • renouée, etc...

Hydrophytes 

  • élodée
  • nénuphar
  • potamot, etc...

Cependant, certaines espèces, faunistiques ou floristiques, indésirables peuvent se loger aux bords des cours d’eau, la surveillance est donc essentielle.