Risques d’inondation par les rus : quelles solutions ? Exemple des rus affluents de la Marne

Suite à la prise de compétence GeMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations), les collectivités territoriales se sont organisées afin d’entretenir et d’aménager l’ensemble des linéaires (longueurs) de cours d’eau. Certains d’entre eux, méconnus des gestionnaires, sont aujourd’hui au centre d’études pour l’élaboration de plans d’intervention pluriannuels. C’est le cas des rus affluents de la Marne.

Risques d’inondation par les rus : quelles solutions ? Exemple des rus affluents de la Marne

Le bassin versant des rus affluents de la Marne

Crédit photo : CD77/SEPoMA -Ru de Péreuse

Le bassin versant des rus affluents de la Marne se situe au nord du département de la Seine-et-Marne, en rive gauche de la Marne. Il comprend les rus suivants :

•    Ru de la Merlette : longueur totale 1,9 km,
•    Ru de Péreuse : longueur totale 3,9 km,
•    Ru de la Bécotte : longueur totale 10,5 km. Ce ru possède lui-même plusieurs affluents : Ru de Montguichet (2,3 km), Ru de Barbeterie (0,5 km), 
•    Ru de Montretout : longueur totale 2 km,
•    Ru d’Arpentigny : longueur totale 2,4 km,
•    Ru d’Ambroise : longueur totale 1,9 km,
•    Ru du Bois Verdelot : longueur totale 1,8 km,
•    Ru Travers : longueur totale 1,1 km.
 

Crédit photo : CD77/SEPoMA - Un bassin de rétention sur le Ru d’Ambroise

Une grande majorité de ces rus prennent leurs sources via les drainages agricoles, qui caractérisent le bassin versant à dominante rurale, avant de se jeter dans la Marne. Certains rus, comme le ru du Bois Verdelot, courent dans un bois humide identifié ZNIEFF (Zone naturel d'intérêt écologique, faunistique et floristique)  de type II. Le risque d’inondation localisée existe depuis plusieurs décennies sur ces rus. Cette problématique est la conséquence de facteurs naturels, comme la topographie, mais également anthropiques à travers les ouvrages et l’urbanisation en aval de ces rus, qui se retrouvent busés. Des aménagements, tels que des digues et bassins de rétention des eaux, ont été mis en œuvre pour réduire ces inondations, et continuent à être mis en place.

Crédit photo : CD77/SEPoMA - Ru de Travers

Le Syndicat Intercommunal d’Études pour l’Aménagement des Rus de Sept-Sorts à Trilport a été créé à la suite des inondations de 1988, principalement pour l’aménagement de bassins de rétention, afin de réduire et gérer les inondations sur ce territoire.
En 2018, les EPCI (Établissement public de coopération intercommunale)  à fiscalité propre prennent la compétence GeMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) et la transfèrent au syndicat de rivières du bassin versant présenté plus haut, dénommé Syndicat Intercommunal des Rus Affluents de la Marne (SIRAM). Les objectifs de ce syndicat sont de mettre en œuvre une nouvelle gestion des cours d’eau répondant aux enjeux écologiques et de prévention des inondations.

Etude hydro morpho-écologique des rus affluents de la Marne

Crédit photo : CD77/SEPoMA - Ru de Montretout

La législation sur l’eau confère aux riverains propriétaires le devoir d’entretenir et d’aménager les cours d’eau non domaniaux. Comme c’est le cas sur ce bassin versant, les collectivités territoriales se substituent aux propriétaires riverains, afin de gérer les cours d’eau dans le cadre d’un programme pluriannuel d’intervention. Ici, il s’agit d’un programme pluriannuel d’entretien du cours d’eau, qui concerne principalement la gestion de la ripisylve.
Un programme pluriannuel d’intervention identifie l’ensemble des travaux à effectuer sur le bassin versant. Ce programme est établi suite à une étude diagnostic de l’état des cours d’eau. Les travaux ont pour but de faciliter les écoulements et de contribuer à atteindre les objectifs de bon état des cours d’eau fixés par le SDAGE (Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux) Seine-Normandie.
Une Déclaration d’Intérêt Général (DIG) doit accompagner le programme pluriannuel d’intervention, afin de reconnaître ces travaux d’intérêt général ou d’urgence, ce qui permet l’engagement de fonds publics.

Crédit photo : CD77/SEPoMA - Repérage sur le terrain par la cellule rivières en 2020

Ces études et dossiers réglementaires ont été établis par la cellule “Rivières” du Service de l'Eau Potable et des Milieux Aquatiques du Département de Seine-et-Marne dans le cadre de l’Ingénierie Départementale ID77. En effet, le SIRAM a adhéré au Groupement d’Intérêt Public ID77 et a sollicité l’assistance du Département pour mener à bien cette mission. Ainsi, la cellule “Rivières” accompagne techniquement les collectivités territoriales de Seine-et-Marne, gestionnaires des cours d’eau, pour mettre en œuvre un entretien et un aménagement des milieux aquatiques dans le respect des écosystèmes.