Schéma départemental pour la sécurisation de l’alimentation en eau potable en Seine-et-Marne

Le Département et les acteurs du Plan Départemental de l’Eau publient ce mois-ci un schéma départemental regroupant des solutions de secours pour les réseaux d’eau potable sur plusieurs secteurs clés du territoire.

Schéma départemental pour la sécurisation de l’alimentation en eau potable en Seine-et-Marne

Un schéma inscrit dans les actions du 3eme Plan Départemental de l’Eau

Le « schéma départemental d’alimentation en eau potable de secours », dit « schéma départemental Secours » ou « SDAEP Secours », s’inscrit dans les actions définies dans l’axe 2 du 3e PDE (2017-2024), « Protéger la ressource en eau et sécuriser l’alimentation en eau potable ». Il fait suite au schéma départemental dit « qualité » de 2006, dont les actions ont contribué à réduire le nombre de communes non-conformes au regard des normes de potabilité de l’ARS, pour des paramètres tels que les pesticides, les nitrates, le sélénium et le fluor. Ces communes étaient au nombre  de 260 en 2006, elles n’étaient plus que 65 en 2019.

En Seine-et-Marne, la plupart des regroupements de collectivités en charge de la compétence eau potable (découlant de la loi NOTRe de 2015) ont réalisé ou engagé des études pour une meilleure gestion patrimoniale de la ressource en eau sur leurs territoires. Pour rappel, les nappes de Beauce et du Champigny, deux nappes essentielles pour l’alimentation en eau potable dans le département, font partie des zones classées ZRE. Il s’agit de zones en tension par rapport à la quantité d’eau disponible, et où les prélèvements sont limités et réglementés. Le schéma départemental Secours a vocation à être une aide à la réflexion des maîtres d’ouvrages du département sur cette question de la gestion patrimoniale.

Le schéma départemental Secours a été construit à travers une collaboration entre les services du Département, de la DDT, de l’ARS et de l’AESN, tous partenaires et signataires du PDE. Il fera l’objet, dans les années à venir, d’une présentation aux différents maîtres d’ouvrages, afin de les encourager à mettre en place des actions sur cette problématique, actions qui pourront être favorablement reçues par les financeurs.

 

Méthode et résultats

Méthodologie

Afin d’appliquer des solutions cohérentes par rapport à la structure des réseaux d’eau potable existants, un regroupement des communes, selon leur alimentation majoritaire actuelle, a été effectué. Ce regroupement a débouché sur la définition et la cartographie d’unités appelées « Systèmes d’alimentation en eau potable sur le territoire ». Les acteurs locaux de l’eau ont été sollicités afin de repérer au maximum les interconnexions existantes sur le territoire.

Ces unités ont ensuite été étudiées afin de dégager des secteurs prioritaires en matière de vulnérabilité de leur ressource, ainsi qu’en termes de rentabilité potentielle de la mise en place de solutions permanentes (notamment sous forme d’interconnexions entre unités).

Conclusions

Les solutions proposées sont présentées sous forme de fiches par unité ou regroupement d’unités, et consistent principalement en des linéaires d’interconnexions, quelquefois complétées par la mise en place de nouvelles ressources. Ces fiches restent un outil de première réflexion. Ainsi, la plupart des tracés suggérés devront faire l’objet d’une étude détaillée de maîtrise d’œuvre avant toute réalisation. De même, le coût estimé des travaux, mentionné dans chaque fiche, donne une indication de l’enveloppe financière qui pourrait être à engager, et pourra faire l’objet d’études de faisabilité plus précises. 

Consulter le schéma départemental Secours