SÉCHERESSE : sixième arrêté sur le département de Seine-et-Marne

Après un été chaud, sec et long, la baisse des températures et les épisodes de pluie survenus ces dernières semaines permettent une amélioration de la situation sur la plupart des bassins versants. Un nouvel arrêté préfectoral "sécheresse" de restrictions d'usage ont donc été signé le 9 octobre 2019 pour la Seine-et-Marne, pour adapter les mesures à la situation de chaque bassin-versant, mettant certains cours d’eau du département en situation de vigilance, d’alerte ou même de crise.

SÉCHERESSE : sixième arrêté sur le département de Seine-et-Marne

Le contexte climatique: été sec, chaud et long, suivi de pluies automnales

Après l’épisode de canicule de la semaine du 24 juin 2019 et la mise en place de l’alerte orange canicule, les débits des cours d’eau ont baissé en Ile-de-France. Un deuxième épisode de canicule (alerte rouge cette fois en Seine-et-Marne) a eu lieu la semaine du 22 juillet 2019. Entre ces épisodes caniculaires, il y a eu peu d’épisodes de pluies. Il n’y a plus eu d’épisode de canicule depuis, mais globalement le déficit pluviométrique s’est poursuivi et il a continué à faire chaud jusqu’en septembre inclus. Les débits de la plupart des cours d’eau ont donc continué à baisser. Ces dernières semaines, les températures ont baissé et plusieurs épisodes pluvieux ont permis d’alimenter les cours d’eau. Les mesures de restrictions ont pu également porter leurs fruits. Ainsi, la plupart des bassins-versants voient leur situation s’améliorer.

Les cours d’eau font l’objet d’une surveillance permanente, et des seuils de débits pré-déterminés pour chaque cours d'eau permettent de décider de mettre en place un arrêté sécheresse. Il existe 4 seuils : le seuil de vigilance, le seuil d’alerte, le seuil d’alerte renforcée et le seuil de crise. Chaque fois que le débit d’un cours d'eau passe en-dessous d’une de ces valeurs seuil, le Préfet peut prendre un arrêté sécheresse, qui définit la liste des cours d’eau ainsi que des communes concernées, et qui fixe des mesures de restrictions temporaires d’usages de l’eau pour chaque catégorie d'utilisateurs (collectivités, industriels, agriculteurs, particuliers). Ces mesures de restrictions sont de plus en plus sévères à chaque nouveau franchissement de seuil.

La mise en place d’un nouvel arrêté sécheresse par le préfet

Compte tenu de l’évolution des débits des cours d’eau, un point sur le suivi de l’étiage a été réalisé. Un sixième arrêté préfectoral, modifiant les précédents, a été signé le 9 octobre 2019, afin de mettre en place les niveaux de restrictions suivants :

  • le bassin-versant de la rivière Ancoeur est toujours en situation de vigilance,
  • le bassin-versant du Fusin est toujours en situation d’alerte,
  • le bassin-versant du Grand Morin, auparavant en situation d’alerte renforcée, est repassé en situation de vigilance,
  • le bassin-versant du Loing, auparavant en situation de vigilance, est repassé en situation normale et n’est donc plus concerné par cet arrêté,
  • le bassin-versant du Lunain est toujours en situation de vigilance,
  • le bassin-versant de l’Orvanne, auparavant en situation d’alerte renforcée, est repassé en situation de d’alerte,
  • le bassin-versant du Petit Morin est toujours en situation de crise,
  • le bassin-versant du Réveillon, auparavant en situation de crise, est repassé en situation d’alerte renforcée,
  • le bassin-versant de la Thérouanne, auparavant en situation d’alerte, est désormais en situation de vigilance,
  • le bassin-versant de l’Yonne, auparavant en situation d’alerte, est désormais en situation de vigilance.

L’objectif de ces arrêtés préfectoraux et de leur application est d’anticiper une situation de crise. Il s’agit de faire des économies d’eau à tous les niveaux avant que la situation ne soit critique. En cas de situation critique, les arrêtés visent à préserver en priorité les usages de l’eau qui sont considérés comme fondamentaux : l’alimentation en eau potable de la population, le maintien d’un débit minimum dans les cours d’eau permettant la survie de la faune aquatique, l’arrosage (restreint) des cultures permettant l’alimentation directe des populations (cultures légumières et maraîchères).

La liste des communes concernées, ainsi que le niveau et les mesures de restrictions correspondants, selon les usages de l'eau, sont détaillés dans l'arrêté préfectoral, que vous trouverez en téléchargement ci-contre.

La mise en œuvre de restrictions d’usages de l'eau

Au-delà du seuil d’alerte, les communes du bassin versant des cours d’eau concernés sont soumises aux restrictions suivantes, pour les consommations des particuliers et des collectivités :

  • l'interdiction du lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, sauf pour les véhicules ayant une obligation réglementaire ;
  • la limitation voire l’interdiction (en situation d’alerte renforcée ou de crise) du lavage de la voirie, des trottoirs, des façades, des terrasses... ;
  • la limitation horaire voire l'interdiction de l'arrosage des pelouses et des espaces verts et sportifs publics et privés ;
  • la limitation horaire voire l'interdiction d'arroser les jardins potagers et les massifs floraux. Quelle que soit la situation, il est autorisé d’arroser les jardins potagers après 20 h et avant 8 h ;
  • la suspension de l'alimentation des fontaines publiques en circuit ouvert ;
  • l'interdiction de remplir les piscines à usage privé et les plans d'eau (sauf utilisation commerciale).

Les restrictions des usages industriels, commerciaux et agricoles sont également détaillées dans l’arrêté préfectoral. Des mesures de restrictions particulières sont fixées sur le bassin-versant du Fusin concernant les prélèvements pour l’irrigation.

Pour l’instant, ces mesures sont applicables jusqu'à fin décembre.