Imprimer (nouvelle fenêtre)

Semer et entretenir une pelouse

Semer une nouvelle pelouse

Choisir le bon moment

Le meilleur moment pour semer une nouvelle pelouse est au début de l’automne, de mi-août à mi-septembre . Ainsi elle profitera d’un sol encore chaud et des pluies automnales pour s’installer, et subira moins la concurrence des herbes spontanées annuelles. De plus, vous pourrez en profiter dès le début des beaux jours, car elle sera plus résistante au piétinement et à la sécheresse qu’une pelouse fraîchement installée.

Retour au menu

Préparer le terrain

Il est indispensable de préparer correctement le terrain : commencez par labourer le sol , sur une vingtaine de centimètres de profondeur. Vous pouvez incorporer du compost bien décomposé , qui permettra d’améliorer la structure du sol, sa rétention en eau et son activité biologique. Si votre terre est lourde et collante, ajoutez une couche de sable avant de retourner afin d’alléger le sol. Nivelez ensuite le terrain à l’aide d’une griffe ou d’un râteau, et retirez les pierres qui pourraient gêner. En labourant, vous avez pu détruire les herbes indésirables déjà installée. Mais le sol contient un certain nombre de graines qui pourront lever par la suite. Pour éviter que ces herbes viennent concurrencer votre jeune pelouse, vous pouvez effectuer un « faux semis ».

Retour au menu

Implanter le gazon

pelouse

Le choix du type de gazon est très important : il conditionnera la résistance de votre pelouse par la suite. Choisissez un gazon adapté à votre terrain et à votre exposition : vérifiez notamment la résistance au piétinement et à la sécheresse. Les mélanges de semences à gazons de type « sport et jeux » contenant de la fétuque élevée sont généralement résistants et peu exigeants. Le choix d’un gazon « label rouge » est une garantie de qualité.

Tassez le terrain par temps sec en passant le rouleau, ou à l’aide de vos pieds pour les petites surfaces (des planchettes fixées aux chaussures aideront à répartir le poids équitablement). Avant de semer, grattez la surface avec un râteau à gazon . Vous pouvez ensuite semer vos graines à la volée, ou mieux, avec un semoir qui permettra une répartition plus régulière. Passez ensuite à nouveau le rouleau pour enfoncer les graines dans le sol, afin qu’elles germent mieux et soient moins la proie des oiseaux.

Gardez en tête que les semences de gazon sont en réalité un mélange de différentes espèces : ne vous étonnez pas que tout ne germe pas en même temps. Pour permettre une répartition homogène des espèces, il est conseillé de brasser les graines dans le sac avant de semer (sinon certaines graines auront tendance à tomber au fond du sac).

Lorsque les graines auront atteint 10 cm, vous pourrez effectuer une première tonte à 5-6 cm , avec une tondeuse à lame bien aiguisée. En passant le rouleau après cette tonte, vous favoriserez le développement du gazon.

Retour au menu

Entretenir la pelouse

Tonte

tondeuse

Evitez les tontes rases qui favorisent l’installation de plantes comme le pissenlit, plantain, pâquerettes… De plus, une pelouse tondue moins souvent et plus haut s’enracine mieux et a besoin de moins d’eau. Une tonte trop basse fragilise aussi le gazon face aux maladies. Si vous le pouvez, conservez quelques zones non tondues (ou tondues en différé) afin de garder un refuge et de la nourriture (fleurs notamment) pour les insectes et animaux du jardin. Ramassez les tontes et mettez-les au compost ou faites-les sécher pour les utiliser comme paillage.

Au mois de mai, faites les premières tontes, en réglant la tondeuse à la hauteur maximale. Il ne faut pas enlever plus d’un tiers de la feuille à la fois, ce qui signifie qu’en période de pousse, il est préférable de tondre régulièrement, environ une fois par semaine au printemps et à l’automne. En été, espacez les tontes en raison de la pousse moindre de la pelouse. Arrêtez les tontes dès qu’il fait sec, et ne tondez pas en pleine chaleur. Vers le 15-20 octobre, faites une dernière tonte haute avant de laisser la pelouse au repos pendant la période de froid.

Retour au menu

Arrosage

Évitez d’arroser votre pelouse et respectez les arrêtés de sécheresse en vigueur . Ne vous inquiétez pas si votre pelouse jaunit en été, cela signifie qu’elle se repose. Dans ce cas, ne tondez pas et évitez de trop la piétiner. Elle reverdira aux premières pluies.

Semez et regarnissez vos pelouses de préférence à l’automne pour éviter d’avoir besoin d’arroser en été.

Retour au menu

Désherbage

pissenlit

Si vous souhaitez éviter l’installation de végétation spontanée dans votre pelouse, favorisez sa compétitivité en tondant haut, en apportant du compost au printemps, et en rénovant la pelouse à l’automne. Vous pouvez utiliser un couteau à désherber pour déloger les touffes de vivaces qui vous semblent inesthétiques. Cependant, pourquoi ne pas accepter tout simplement la présence de trèfle, pâquerettes, violettes et autres pissenlits ? Ils apportent une note fleurie et permettent aux insectes butineurs de se nourrir.

Retour au menu

Gérer la mousse

Certains facteurs favorisent le développement de la mousse, comme un sol trop acide, trop compact, ou trop humide, ou un manque de lumière. Pour corriger un sol trop acide vous pouvez le chauler à l’automne. Vous pouvez décompacter un sol trop lourd en utilisant un aérateur ou en faisant des trous à distance régulière avec une fourche bêche, puis en y introduisant du sable. La scarification de la pelouse à l’automne permet également d’éliminer la mousse. Si le problème est lié à un manque de lumière, choisissez un mélange de semences gazon adaptées aux conditions ombragées.

Retour au menu

Rénover la pelouse

Densifier une pelouse dénudée

scarificateur

Scarificateur

Le meilleur moment pour rénover une pelouse âgée est au début de l’automne , vers septembre, pour les même raisons que cette date est favorable à l’installation d’une nouvelle pelouse.

Faites une tonte rase, puis passez un scarificateur pour éliminer la mousse, et le feutrage du gazon. Ratissez l’herbe arrachée et mettez-la au compost, par exemple. Ensuite, apportez du terreau ou du compost bien mûr (ou éventuellement du sable si votre sol est très argileux) et regarnissez à l’aide de semences de gazon .

Choisissez un gazon adapté : si le problème est dû à des conditions particulières (piétinement, ombre, sécheresse), choisissez un gazon ayant des caractéristiques adaptées. Sinon, les herbes spontanées auront tôt fait de s’installer dans les espaces laissés libres.

Si votre pelouse est simplement dénudée en certains endroits précis , vous pouvez griffer le sol sur ces espaces, apporter un peu de compost mûr, et semer un gazon de regarnissage. Tassez avec les pieds ou avec un rouleau à gazon.

Attendez environ un mois pour tondre les parties rénovées de votre pelouse, en réglant votre tondeuse le plus haut possible.

Retour au menu

Vers une prairie fleurie

Favoriser la biodiversité au jardin

trèfle

Plutôt que de vouloir à tout prix vous débarrasser des fleurs qui poussent dans votre pelouse, pourquoi ne pas leur laisser une place dans votre jardin ?

Vous pouvez reconvertir une partie de votre pelouse en prairie fleurie. Afin de favoriser le développement des plantes à fleur, il faut éviter un sol trop riche en matière organique , qui favoriserait les graminées. Pour cela, évacuez les résidus de tonte ou de fauche. Il est aussi envisageable pour appauvrir le sol de cultiver préalablement des légumes gourmands en azote comme les pommes de terre ou les tomates.

Vous pouvez laisser la prairie se développer naturellement, en faisant des fauches hautes à la fin de l’été , après la montée en graine, et en exportant les résidus de fauche.

Vous pouvez aussi semer vous-même des graines que vous auriez prélevées dans la nature , en fin d’été ou à l’automne, par exemple sur de petits carrés de terre que vous aurez mis à nu et travaillés au sein de la pelouse que vous voulez transformer en prairie fleurie. Évitez bien entendu de prélever des graines dans des sites protégés. Attention, les mélanges du commerce contiennent généralement des variétés horticoles bien moins intéressantes pour la faune.

Retour au menu