Economiser l'eau au jardin

Comment apporter aux plantes l’eau qui leur est nécessaire en évitant les gaspillages ? Voici quelques conseils pour gérer au mieux l’arrosage.

Economiser l'eau au jardin

Une question à prendre en compte dès la plantation

Le choix des plantes et de leur emplacement

Choisissez des plantes ayant des besoins en eau moindre (par exemple : plantes grasses, vivaces ou aromatiques). Privilégiez les plantes locales. Préférez des plantes rustiques et peu exigeantes en entretien.

Tenez compte des besoins de la plante (indiqués sur l’étiquette lors d’un achat, dans un livre de jardinage, ou sur un bon site internet sur le jardinage).

Plantez-les dans un emplacement qui leur convient (type de sol, humidité du sol, ensoleillement, exposition au vent). Regroupez-les en massifs afin de diminuer les besoins en arrosage.

Plantez au bon moment : les arbres et arbustes, à l’automne ; la pelouse, de mi-août à mi-septembre. La météo la plus propice à la plantation est un temps gris et humide.

Le paillage

Crédit photo : Stéphanie HAMON. Paille de lin en pied d'iris

L’utilisation de paillages (écorces, copeaux de bois, paille de lin ou de chanvre, déchets de jardin broyés, tontes de gazon séchées, feuilles mortes…) au pied des plantations permet diminuer l’évaporation et donc de réduire les besoins d’arrosage. De plus, le paillage limite la pousse d’herbes indésirables, apporte des matières organiques, et sert de refuge pour les animaux auxiliaires du jardinier. Pensez à biner le sol avant de pailler : le binage facilite la pénétration de l’eau dans le sol.

Un arrosage bien ciblé

Privilégiez autant que possible l’arrosage à l’aide d’un arrosoir, qui permet de doser précisément les quantités d’eau apportées. En enfonçant un pot en terre cuite ou un goulot de bouteille plastique au pied d’une plantation, on favorise une diffusion lente de l’eau directement au niveau des racines. Par ailleurs, l’arrosage à l’aide d’un système de goutte-à-goutte permet de réguler le débit selon les besoins des plantes.

En été, arrosez tôt le matin ou en soirée, quand l'évaporation est moins forte. Évitez de mouiller le feuillage pour ne pas favoriser les maladies et les brûlures par le soleil. Consultez les prévisions météorologiques : en cas de pluie prévue, n’arrosez pas.

Si vous arrosez vos plantes (déjà installées) un peu moins souvent, vous les forcerez à mieux s’enraciner pour aller puiser l’eau dans le sol et à être plus résistantes. En période de sécheresse, n'arrosez que les plantes les plus fragiles (sauf interdiction d’arrosage). Au potager, vous pouvez protéger vos cultures fragiles du soleil d’été en leur faisant de l’ombre : cagettes, tunnels, voiles d’ombrage… Cela limitera aussi leurs besoins en eau.

N’arrosez pas votre pelouse. Remontez la hauteur de tonte de 2 ou 3 cm l’été, ce qui permettra à votre gazon de mieux s’enraciner et d’être plus résistant à la sécheresse. Si votre pelouse jaunit en été, cela signifie qu’elle est au repos. Dans ce cas, ne tondez pas et évitez de la piétiner. Elle reverdira aux premières pluies.

Les arrêtés sécheresse

Respectez les arrêtés sécheresse en vigueur. Un arrêté sécheresse est une décision préfectorale pour assurer une bonne alimentation en eau potable. Il impose une restriction d’usage de l’eau : par exemple interdiction d’arroser les jardins potagers, pelouses, etc. entre 8h et 20h, voire interdiction totale en fonction de la situation.

Pour savoir si votre commune est concernée, vous pouvez vous renseigner en mairie ou ici.

La récupération des eaux de pluie

Crédit photo : Stéphanie HAMON. Cuve de récupération des eaux pluviales.

Pensez aussi à la récupération des eaux de pluie, qui est désormais réglementairement autorisée et conseillée ; à noter que l’installation d’un tel dispositif peut donner droit à un crédit d’impôts. L’utilisation d’eau de pluie vous permet d’arroser même en cas de restrictions d’eau !