Février

Entretien du jardin au sortir de l'hiver.

Février

Jardin d'ornement

Processionnaire du pin

Si vous apercevez de gros cocons de soie dans les branches d'un pin, il s'agit sans doute de la processionnaire du pin, une chenille urticante. Évitez de rester à proximité des nids. Vous pouvez faire appel à un professionnel pour enlever et brûler les nids, ou mettre en place un piège qui les collectera quand elles descendront de l'arbre.

Taille des plantes grimpantes

Crédit photo : Stéphanie HAMON. Glycine

Taillez les pousses latérales des glycines en ne laissant que deux yeux à partir du point de départ de la tige. Finissez de tailler les lierres s'il ne gèle pas, avant la montée de sève. Taillez les kiwis d'ornement et les clématites à floraison estivale. Supprimez les vieux rameaux des jasmins d'hiver après la floraison.

Taille des arbres et arbustes à floraison estivale

Commencez à tailler hors période de gel certains arbres et arbustes à floraison estivale qui fleurissent sur le bois de l'année : perovskia (rabattre les rameaux à deux yeux au-dessus du bois dur), spirée (effectuer une taille courte), tamaris d'été (rabattre jusqu'au niveau de vieux bois pour une floraison abondante). Mais ne touchez pas aux variétés qui fleurissent sur le bois de l'année précédente (lilas, forsythias...).

Nettoyez les hortensias en coupant les tiges fanées et en dégageant le centre de la touffe.

De façon générale, lorsque vous taillez, utilisez des outils bien aiguisés. Si vous utilisez un sécateur, placez-le de façon à ce que la lame soit du côté de la plante, pour avoir une coupure bien nette. Désinfectez vos outils lorsque vous passez d'une plante à l'autre pour éviter de propager des maladies.

Taille des rosiers

En fin de mois, après les gelées, commencez à tailler les rosiers buissons : rabattez à trois ou cinq yeux, aérez le centre de l'arbuste, et supprimez les gourmands. Le dernier oeil doit être tourné vers l'extérieur du rosier. Pour les rosiers grimpants remontants (qui fleurissent plusieurs fois dans l'année), conservez 5 à 6 branches principales et taillez les rameaux latéraux à cinq ou six yeux. Apportez du compost.

Entretien des vivaces

Crédit photo : Stéphanie HAMON. Campanula des murailles

Nettoyez les vivaces à floraison estivale en enlevant les parties mortes et sèches, et divisez les touffes de vivaces de plus de cinq ans. Pour cela, arrachez la touffe avec une fourche-bêche, divisez la en plusieurs parts avec une serpette (chaque fragment doit avoir des racines et des bourgeons). Labourez la terre et faites un apport de compost bien décomposé, et replantez les différentes touffes obtenues, en laissant assez d'espace pour qu'elles puissent se développer.

Bulbes et tubercules

Crédit photo : Stéphanie HAMON. Dahlias

Vérifiez l'état des bulbes d'été laissés au frais, enlevez les bulbes pourris qui pourraient contaminer les autres. Surveillez les tubercules de dahlias, et éliminez les parties abîmées. Préparez le sol pour les bulbes à floraison estivale en apportant du compost.

En fin de mois, vous pouvez préparer les bulbes lents à démarrer pour qu'ils fleurissent plus rapidement : cannas, bégonias tubéreux, glaïeuls.

Pour cela, placez les bulbes et tubercules dans une caisse contenant un mélange à base de terre de jardin et de terreau, en les espaçant de 5 centimètres, et recouvrez d'une légère couche de terreau. Laissez les caisses dans un endroit tempéré et clair, et maintenez la terre humide. Des pousses puis des feuilles vont apparaître. Quand les gelées ne sont plus à craindre, sortez les bulbes à l'aide d'un transplantoir avec leurs racines, mettez-les en terre, arrosez.

Lutter contre les limaces

Crédit photo : Stéphanie HAMON. Limace

Vous pouvez utiliser des cendres pour protéger les plantes mises en terre contre les limaces, en formant un cordon de cendres autour du pied à protéger. L'opération est à renouveler en cas de pluie (voir article de décembre).

Privilégiez aussi les végétaux moins sensibles aux limaces, par exemple avec des feuilles coriaces... Si une de vos plantes connaît fréquemment des attaques et que son aspect esthétique ne vous satisfait plus, envisagez de la remplacer par une plante moins sensible.

Enfin, vous pouvez favoriser les prédateurs des limaces comme les hérissons, les crapauds, les oiseaux...

Voir article "accueillir la nature au jardin".

Arbres fruitiers

Plantation et fertilisation

Plantation : finissez les plantations d'arbres à racines nues, en évitant les périodes de gel et de dégel (terre lourde).

Fertilisation : amenez du compost, ou du fumier bien décomposé... Les cendres de cheminée apportent du calcium, du phosphore, du magnésium et du potassium (voir le "mois de décembre").

Tailles d'hiver (hors période de gel)

Les pommiers et poiriers "plein vent", qui conservent leur forme naturelle (tige ou demi-tige), n'ont pas besoin de taille pour fructifier, ils sont les plus faciles à entretenir. En revanche, les pommiers et poiriers palissés doivent être taillés. On taille en moyenne à trois yeux, d'où le nom de taille "trigemme", sauf pour les rameaux chétifs (taillés à deux yeux), et les rameaux plus vigoureux (taillés entre 4 et 6 yeux). Vous pouvez tailler les noisetiers en supprimant les rejets et les branches mortes ou faibles afin d'aérer le centre de l'arbre. Les pêchers doivent être taillés quand les boutons floraux commencent à fleurir : supprimer le bois mort et les rameaux ou coursonnes qui ont porté des fruits l'année précédente.

Tout comme pour les arbres ornementaux, il convient d'utiliser des outils bien aiguisés et de les désinfecter, d'autant plus que les arbres fruitiers sont souvent sensibles aux maladies. Ne laissez pas vos résidus de taille sur place.

Taille des arbustes à petits fruits

Crédit photo : Stéphanie HAMON. Groseillier taillé

C’est la meilleure période pour tailler les arbustes à petits fruits, hors période de gel. Pour le groseillier à maquereau et le cassissier, les fruits naissent sur le bois de deux ans : supprimez le bois mort, notamment au centre de l'arbuste, et taillez de façon à obtenir des branches de même longueur et un ensemble équilibré.

Pour le groseillier à grappes, les fruits naissent sur les vieux bois : conservez une dizaine de tiges principales, que vous rabattes au tiers de leur longueur et coupez les rameaux latéraux à deux ou trois yeux.

Prévention de la cloque du pêcher

Crédit photo : Taphrina deformans - Photo Giancarlo Dessi, Institut Professionnel de l'Agriculture et de l'Environnement "Cettolini" Villacidro, Italy

Si vous possédez un pêcher atteint de la cloque du pêcher, il faut agir avant l'ouverture des bourgeons. Il est possible de pulvériser un traitement à base de cuivre de type "bouillie bordelaise" par temps sec (pas de pluie dans les trois jours qui suivent le traitement). Mais il vaut mieux éviter de systématiser ces traitements qui peuvent être dommageables à la microflore du sol, et à la faune.

L'apport de compost et de cendres au pied de l'arbre évite les carences et le rend plus résistant face à la maladie. Les pulvérisations de décoction de prêle permettent d'augmenter la résistance de l'arbre. Par ailleurs, il semble que planter de l'ail au pied des pêchers ait un effet positif.

Soyez très prudent au moment de la taille, les plaies risquant d'être infectées par le champignon.

Lorsque les symptômes apparaissent, ramassez ou coupez les feuilles cloquées. Détruisez les rameaux atteints, ne les mettez surtout pas au compost.

Au potager

Préparez les plantations

Préparez la terre et les semis, apportez du compost. Enfouissez les engrais verts : broyez-les avec une tondeuse ou coupez-les manuellement, attendez qu'ils sèchent légèrement, puis incorporez-les au sol. Attendez ensuite au moins 6 semaines avant de semer. Vérifiez l'état de vos graines et passez commande si besoin est. Consultez votre plan de rotation pour prévoir les plantations (voir "la rotation des cultures"). Vous pouvez réaliser un faux semis : avant la mise en culture, travaillez la terre comme pour un semis, mais sans semer de graines. Arrosez si nécessaire (ou mieux, faites-le avant une pluie). Les graines présentes dans le sol vont germer. Sarclez ensuite en surface pour éliminer les plantes indésirables, en évitant de remonter de nouvelles graines. Vous pourrez ensuite semer vos légumes. Ainsi, vous aurez diminué le stock de graines à la surface du sol, et vous aurez moins à désherber par la suite.

Plantez !

En fin de mois, plantez les échalotes, les oignons et les ails si le temps est doux. Plantez-les dans un sol léger et bien drainé, pas trop riche en matière organique (pas d'apport récent de compost), pour éviter qu'ils ne pourrissent. Semez sous abris ou en intérieur des aubergines et des tomates... Il faudra les repiquer après un mois environ. Retardez ces semis si vous craignez des gelées à cette période. Commencez en fin de mois le semis sous abris des poireaux, choux, radis, pois, carottes précoces. Ne serrez pas trop les rangs et entre-rangs, il sera plus facile de biner, et les plantations trop serrées sont plus facilement atteintes de maladies.

Préparez à germer les pommes de terre en les plaçant, les yeux vers le haut, dans un endroit frais et lumineux à l'abri du gel : prévoyez un kilo de semence pour 2 mètres de sillon. Elles pourront être plantées mi-mars. Choisissez des variétés moins sensibles au mildiou, par exemple Apollo, Aziza, Escort, Eden, Emeraude, Raja, Resy, Santé... Les plants de pomme de terre vendus aux jardiniers pour plantation sont certifiés : ils ont été contrôlés et sont indemnes de maladies et vigoureux. On trouve aussi des plants déjà germés qui pourront être plantés directement mi-mars sans préparation.

Divers

Aérez châssis et serres les jours de beau temps. Taillez les tiges sèches des plantes aromatiques, nettoyez les plantations, multipliez les pieds de menthe. Utilisez des cendres ou d'autres matières abrasives pour protéger les plantes mises en terre des limaces (voir la rubrique "au jardin d'ornement", ci-dessus).

Et encore...

Au balcon

Adaptez l'arrosage : n'arrosez que si nécessaires les plantes protégées du froid, ne laissez pas d'eau stagner dans les soucoupes. Augmentez progressivement l'arrosage en fonction de la reprise de la végétation.

Plantations : s'il ne gèle pas, vous pouvez planter des bisannuelles : primevères, pensées, giroflées...

Plantes d'intérieur

Rempotez vos plantes à l'étroit... Nettoyez et désinfectez vos pots avec du vinaigre blanc avant de les réutiliser s'ils ont contenu des plantes malades. Choisissez une terre bien adaptée pour vos plantations : par exemple pour des plantes grasses ou des cactées, il faut un tiers de terreau, un tiers de sable, un tiers de terre de jardin, ou bien un terreau adapté spécifiquement à ces plantes.

Apportez de la lumière à vos plantes en les rapprochant des fenêtres, et pensez à les tourner de temps en temps pour qu'elles se développent de manière uniforme.

La sécheresse de l'air intérieur chauffé est favorable au développement des araignées rouges. Si vous en observez sur vos plantes, sachez que ces acariens n'aiment pas l'humidité. Vous pouvez brumiser vos plantes, et éventuellement ajouter du savon noir dans l'eau que vous brumisez pour une meilleure efficacité.

Faune et flore

Crédit photo : Stéphanie HAMON. Grenouille

Si vous possédez un bassin ou une mare habité par des amphibiens (grenouilles, crapauds...), évitez de faire des remaniements, certains peuvent encore hiberner, vous pourriez les blesser. La période de la reproduction approche. Certains amphibiens peuvent rejoindre le bassin pour s'y reproduire et pondre, faites attention aux œufs.