Principales maladies au potager

Cet article présente certaines des maladies les plus communes au potager. Il faut savoir que les symptômes peuvent différer selon la culture et l’organe attaqué (feuille, tige, fruit, racine…).

Principales maladies au potager

Un certain nombre de précautions permettent de limiter la propagation de la plupart des maladies, notamment :

  • Choisir des plantes ou des graines saines, voire résistantes à certaines maladies
  • Effectuer une rotation des cultures permet de limiter le risque vis-à-vis des maladies qui se conservent dans le sol,
  • éliminer les parties atteintes (ou les plantes atteintes),
  • et éviter autant que possible les conditions humides qui favorisent la propagation de nombreuses maladies (en arrosant au pied de la plante, en évitant les plantations trop serrées…).

Alternariose

Plantes sensibles à la maladie

Tomates, carottes, persil, céleri, chou, pommes de terre…

Description

L’ alternariose est une maladie des végétaux causée par divers champignons du genre Alternaria. Elle se manifeste en premier lieu par des petites taches noires apparaissant sur les feuilles du bas, et s’agrandissent en cercles concentriques. Si la maladie continue de se développer, le plant peut alors perdre ses feuilles. Sur les tiges, des taches brunes ou grises peuvent aussi apparaître. La maladie peut aussi se développer sur les fruits (tomates), entraînant des taches noires de 1 à 2 cm formant des creux dans le fruit. Ces taches se situent à l’attache du fruit. La maladie peut être confondue avec le mildiou , mais les taches de mildiou ne présentent pas de traces concentriques.

Lutte

Le champignon se conserve dans le sol, c’est pourquoi il est conseillé de pratiquer la rotation des cultures. Choisissez des semences certifiées saines (GNIS) ou issues de plantes saines si vous produisez vos propres semences (nettoyez vos semences à l’aide de vinaigre blanc). Espacez les plants, éliminez les premières feuilles atteintes (ne pas les mettre au compost , arrosez au pied en évitant de mouiller le feuillage… Éliminez les résidus de culture après récolte. L’utilisation de décoctions d’ail ou de décoction de prêle de façon préventive dans les conditions favorables à la maladie permettrait de limiter les dégâts.

Botrytis (pourriture grise)

Plantes sensibles à la maladie

Certains Botrytis sont spécifiques à certains groupes de plantes (comme Botrytis allii qui attaque les ails, oignons…), mais le Botrytis cinerea, responsable de la pourriture grise, a de nombreux hôtes. Il attaque aussi bien les cultures potagères, fruitières, qu’ornementales.

Description

Bien que le botrytis s’attaque préférentiellement aux fruits, tous les organes de la plante y sont potentiellement sensibles, et les symptômes sont variés : flétrissement des fleurs, taches foliaires, pourriture des racines, des tiges, ou des fruits. En général, la maladie se traduit par un brunissement des parties attaquées, qui se couvrent par temps humide de filaments blanc grisâtre.

Lutte

Choisissez des semences saines. Évitez les semis trop denses, et espacez les plants au repiquage ou à la plantation. Aérez suffisamment les plantes en serre ou sous châssis. Éliminez rapidement les plantes malades. Ne mouillez pas le feuillage lors de l’arrosage.

Chlorose

Plantes sensibles à la maladie

Toutes les plantes peuvent être concernées : il s'agit d'un problème lié aux conditions de cultures et non d'une maladie.

Description

La chlorose des végétaux est une décoloration plus ou moins prononcée des feuilles, due à un manque de chlorophylle qui permet la photosynthèse et qui donne aux feuilles leur couleur verte. Les nervures restent relativement vertes alors que le reste de la feuille se décolore.

Elle est souvent due à une carence en fer, mais peut être due à une carence d’autres éléments (azote, phosphore, potassium, magnésium, manganèse, zinc…).

Elle peut être due à des facteurs compliquant l’absorption des éléments minéraux, comme un sol mal drainé, un pH mal adapté à la plante, un taux de calcaire inadéquat, ou un manque d’aération du sol…

Lutte

Assurez-vous que la plante pousse dans de bonnes conditions de PH, humidité, calcaire… Si nécessaire, équilibrez la fertilisation pour pallier à la carence (ex : apport d’un engrais riche en fer).

Certains paillages (écorces, copeaux de bois…) peuvent créer une carence en azote qui se manifeste par une chlorose : les microorganismes du sol utilisent l’azote pour décomposer ce paillage . Dans ce cas on peut apporter du compost (de façon préventive on peut mettre une couche fine de compost sous le paillage au moment de la mise en place), du purin d’ortie, ou mettre en place un engrais vert.

Fonte des semis

Plantes sensibles à la maladie

La fonte des semis touche tous les types de semis (sous abris ou en plein air, en pot ou en pleine terre…).

Description

La fonte des semis entraîne une pourriture des plantules au moment de leur germination. Elle peut être due à différents champignons ( Fusarium, Rhizoctonia, Pythium, Phytophtora...)

A ne pas confondre avec la mouche des semis , où les dégâts sont provoqués par de petits asticots blancs se nourrissant des graines en germination et des jeunes plants ; la mouche des semis est favorisée lorsque la matière organique utilisée pour les semis n’est pas assez dégradé (choisir un compost bien décomposé).

Lutte

Pour éviter les problèmes de fonte des semis , utiliser un terreau sain, désinfecter les outils et les pots utilisés, préférer un sol bien drainé (incorporer éventuellement du sable), éviter de planter en conditions froides et humides (attendre que le sol soit réchauffé), éclaircir les semis trop denses, ne pas semer trop profond…

Fusariose

Plantes sensibles à la maladie

Nombreuses cultures, comme les tomates, les asperges, les melons, les concombres, les courgettes, les pois, les pommes de terre, l’ail, les oignons, les choux…

Description

La fusariose est une maladie courante des végétaux causée par des champignons du genre Fusarium. … Elle entraîne un flétrissement de la plante, qui ne repart pas même après un arrosage.

Lutte

Le champignon se conserve dans le sol, c’est pourquoi il est conseillé d’évacuer les résidus de culture et de pratiquer la rotation des cultures. Il est préférable de choisir des variétés bien adaptées aux conditions de votre jardin (humidité, sol…). Il existe des variétés résistantes. Éliminez les feuilles atteintes, détruisez les plantes malades (ne les mettez pas au compost ).

Mildiou

Plantes sensibles à la maladie

Nom d'un ensemble de maladies causées par des microorganismes, atteignant de nombreuses plantes et particulièrement les vignes (attaquées par Plasmopora viticola ), les tomates et les pommes de terre ( Phytophrora infestans ), ou encore les ails et oignons ( Peronospera destructor).

Description

Les symptômes observés sont l'apparition de taches brunâtres huileuses sur les feuilles, d'un feutrage blanc à la face inférieure des feuilles, et de taches brunes sur les fruits. Il entraîne le flétrissement général de la feuille, d'un rameau ou de toute la plante. Un feutrage rosé peut apparaître par temps humide.

Lutte

Le mildiou se développe particulièrement en conditions chaudes et humides : arrosez au pied en évitant de mouiller le feuillage, espacer les plantations, aérez bien les plantes en serre ou sous châssis. Éliminez les plants atteints (ne les mettez pas au compost ) et détruisez les résidus de culture. Pratiquez une rotation des cultures. La décoction de prêle aurait un effet préventif en conditions humides.  

Oïdium

Plantes sensibles

L' oïdium est le nom donné à différents champignons attaquant une grande variété de plantes (rosier, vigne, pommier, marronnier...). Au potager, cela concerne notamment les cucurbitacées (courgettes, concombres, potirons, melons…).

Description

Apparition d’un feutrage blanc ou grisâtre d'aspect farineux sur les feuilles, puis une déformation des feuilles. Les plantes atteintes poussent moins et se dessèchent.

Lutte

Il existe des variétés résistantes ou tolérantes à la maladie. Pratiquez la rotation des cultures. Évitez les excès d’engrais azoté. Détruisez les parties atteintes. Arrosez au pied en évitant de mouiller le feuillage, évitez de planter trop serré et aérez les plantations en serre ou sous châssis. La décoction de prêle serait efficace, mais parfois insuffisante en conditions chaudes et humides. Le soufre est une solution efficace, mais pas anodine : si vous choisissez de l'utiliser, respectez les doses et les précautions d’usage.

Rhizoctone brun

Plantes sensibles à la maladie

Nombreuses cultures légumières (pommes de terre, carottes, tomates...), mais aussi différents arbres.

Description

Le rhizoctone brun est une maladie des végétaux causée par le champignon Rhizoctonia solani. Les symptômes sont différents selon la plante attaquée, mais impliquent généralement une pourriture des racines, avec parfois par temps humide apparition d’un feutrage blanc à la base des tiges…

Lutte

Le champignon se conserve longtemps dans le sol, il est donc conseillé de faire des rotations de culture de 3 à 5 ans. Plantez de préférence lorsque le sol est bien réchauffé. Il est aussi recommandé de soigner le désherbage, certaines herbes pouvant être hôtes. Utilisez des semences saines. Arrachez et détruisez les plants atteints, ne pas les mettre au compost .

Rhizoctone violet

Plantes sensibles à la maladie

Carottes, asperges, betteraves, pommes de terre…

Description

Le rhizoctone violet est une maladie des végétaux causée par le champignon Rhizoctonia violacea. Les symptômes comprennent le pourrissement des racines et tubercules concernés, avec apparition d’un feutrage violacé.

Lutte

Le champignon se conserve longtemps dans le sol, il est donc conseillé de mettre en place une rotation des cultures longue (4 à 6 ans). A tenir compte dans la rotation des cultures : le trèfle et la luzerne ( engrais verts ) peuvent être hôtes. Évitez les apports de compost trop jeune. Certaines plantes spontanées peuvent aussi être atteintes, il peut être utile de soigner le désherbage (arrachage, couvrir le sol par des engrais verts hors période de culture…). Arrachez et détruisez les plants atteints, évacuez les déchets de culture et ne mettez pas les déchets d’une culture attaquée au compost .

Pourriture blanche (sclérotiniose)

Plantes sensibles à la maladie

Les plantes pouvant être atteintes au potager sont les tomates, les pommes de terre, les poivrons et les aubergines. La maladie concerne aussi de nombreux arbres.

Description

Les feuilles commencent à faner. On observe l’apparition d’une pourriture molle du collet (ou sur les bulbes dans le cas de l’ail et de l’oignon), avec souvent un feutrage blanc et des petits corps noirs (sclérotes). L’attaque est surtout rencontrée lors d’hivers doux et humides.

Lutte

Évitez les excès de matière organique ( compost , fumier…) et les plantations trop denses. Vérifiez au moment de la plantation qu’il n’y a pas de blessure des rhizomes ou tubercules . Arrachez et détruisez les plants contaminés. Éliminez les résidus de récolte. Travaillez le sol pour permettre un drainage efficace ; en sol argileux, envisagez une culture sur billons (petites buttes). Pratiquez une rotation des cultures d’au moins 5 ans avec des plantes non sensibles. Le paillage peut favoriser la maladie, à éviter si des attaques ont déjà eu lieu. Coupez les parties atteintes, détruisez les plantes trop atteintes (ne les mettez pas au compost ).

Verticilliose

Plantes sensibles

Les plantes pouvant être atteintes au potager sont les tomates, les pommes de terre, les poivrons et les aubergines. La maladie concerne aussi de nombreux arbres.

Description

La verticilliose est une maladie des végétaux causée par des champignons du genre Verticilium. Les champignons se développent dans les vaisseaux conducteurs de la sève. Ceci entraîne un flétrissement des feuilles concernées. On reconnaît notamment la maladie au fait que les symptômes sont localisés : seule une partie de la plante peut être atteinte, tandis que l’autre reste saine car les vaisseaux qui l’irriguent ne sont pas bouchés.

Lutte

Au potager, comme les champignons se conservent dans le sol, il est recommandé de mettre en place une rotation longue des cultures. Il est possible d’utiliser des variétés résistantes. Arrachez les plantes malades et remplacez la terre à proximité des racines.